Legidas per meschaënt temps

Sabetz que los, e las, que van per becana son totjorns apres purar per un pitit quò-quí, un ‘quò-laï que vai pas, perque ‘quò vai jamai per ‘quel’enja sus doas rodas, que mai d’un oblidan que los pus grands viatges se fan sieitat dins un bon fautuelh, un tè pro chaud, la plueia contra los careus, e, un libre a la man… afe, far entau es un bon chamin per se bastir una forma de cultura, e, jurtadament, los becanors ne’n an jamai pro, de cultura ; contrarament aus occitans oficiaus que dès qu’i a 1 quauquares d’escrich, i a 100 normaupates que surtan dau buesc per li tustar dessus, se coma sos mancas de cultura.

La Tentazione della bicicletta – Edmondo De Amicis

Qu’es pas vertadierament un libre apres parlar becana mas beleu mai dau temps perdut per un borgès de la fin dau sègle XIX de ne pas poder segre la novela faiçon d’anar dins sos lesers, qu’es de dire, non pas contunhar de prener una veitura tirada per daus chavaus, mas, anar mai quela besunha de fer.
Lu teiste fuguet escrich ne’n 1906 e quauquas unas de las bonas rasons balhadas per ne pas montar a bicicleta son un pauc passadas de mòda aüei, mai-que-tot per dau monde qu’aprenguet, pitit, ad i montar, mas, estranhament, los quites mesma dires porian estre usats per eimatjar los perpaus tenguts, aquí o alaï, per daus grands que fan res.

Qu’es ben escrich, e vòle pas vos publigastar la fin, adonc, vau mai ne’n copiar un bocin aquí :

L’un de ceux qui m’étonna le plus fut mon éditeur Emilio Trevers. Puis mon cher ami Daghetto – dinandier¹ socialiste et conseiller général –, qui passa près de moi un soir à toute vitesse en me souriant, comme s’il voulait me dire par là : « Tu restes derrière, mollasson ! »
L’un des derniers que je découvris fut le sculpteur Tabacchi ; je le vis dans un tramway avec le bras en écharpe : je lui demandai comment il s’était fait mal ; il me répondit : « L’è nagotta² » ; j’insistai, et il me confessa alors pudiquement qu’il était tombé de cette affaire. « Toi aussi ! » m’écriai-je avec un regret sincère. Oui, lui aussi ! Je restais donc presque seul à user mes semelles en battant le pavé ; toute ma génération volait.

¹ dinandier : la persona que trabalha per martelada los obgiers ne’n coire o dins quauques boiradís de metaus.
² « Qu’es res » (dialècte de l’italian).

  • Un pitit libre de quauques 40 pajas, coma un avant-dire dau Olivier Favier, lu revirador. 5€00, dins la vòstra libraria la mai aimada, esditat per « les Éditions du Sonneur ».

Per bicicleta – SU Tong

Lu temps dau libre es lu de la « revoluci’ culturala » e la bicicleta es coma un fiu roge au mitan de las novelas, emai ad un momint, l’autor daissesse la becana per ‘na veitura, per tornar a la becana apres un temps.
La bicicleta es veraïament lu personatge principau dins la prumièra novela, la que balhet son nom au libre. ‘Questa novela nos permena d’una societat l’autra tras las marcas comercialas de las becanas chinèsas, que « Yongjiu » e « Fenghuang » son de prener coma de las valors de securitat e « Jinshi » repersenta la noveutat, aquò per ne’n ‘chabat per un vetete de marca « Giant ».
Perchat sus sa becana, l’autor nos permena docament dins la ciutat de Suzhou, que lu long dau chamin, los remembres lu trapan.

Un jour, j’ai pédalé un long moment derrière une Fenghuang. Son propriétaire avait une cinquantaine d’années et à côté pédalait une fillette, cartable au dos. Elle conduisait un Giant, marque très à la mode ces derniers temps ; c’était un VTT de couleur orange. On voyait qu’il s’agissait du père et de sa fille. Puis j’ai poursuivi mon chemin, sans prêter attention à ce qu’ils se disaient en roulant. Ce que je veux que vous sachiez tous, et dont je suis certain, c’est que ces deux bicyclettes avançant côte à côte discutaient aussi entre elles. Que pouvaient-elles bien se dire ? Ça, chacun de nous peut le deviner, car leur conversation étaient toute simple.

La vieille Fenghuang noire disait : « Ralentis un peu, songe au passé ! »
Le Giant orange disait au contraire : « Accélère un peu, songe à demain ! »

  • Virat dau chinès per Anne Laure Fournier. 7€00,dins la vòstra libraria la mai aimada, esditat per « Éditions Picquier ».

Francophones, ce billet est disponible icitte (>fr) dans votre idiome.