Abat Roby « Virgilo Limouzi » (1748)

Fo rire uei si n’an boun ten,
Beleu demo noû puroren.

Lingamiau

Veiquí quò que ‘riba de segre los liams dins los cibercaiers de la concurença, concurença quau que siàia amija1. Un jorn trobatz un site (→ fr) ente son conhats daus teistes, daus teistes ancians, daus teistes vielhs, daus teistes lemosins, daus teistes que fau deschargar per los legir l’estiu ‘ribat. Quò seriá melhor de poder los imprimar ne’n passant comanda ne’n linha, segur que quò costariá un pauc, mas imprimar se-mesma mai de 300 pajas es pas per monsur tot lu monde, o beleu be los metre sus daus sites per imprimar ne’n linha sus la mòda de « Lulu » (→ en-fr) mas i a de la chaënça que la resulta siguesse pas de la melhora.

Ne’n mai de la persentaci’ dau teiste, lu fichier *.pdf balha las rasons que iò fagueten eissir imprimat e i a maitot ‘na p’ita biò-grafia que veiquí virada :

Jean Baptiste Roby nasquet a Lemòtges lu 26 de març de 1703. Filhs dau Martial Roby e de la Anne Romanet. Entrat joune dins la congregaci’ de l’Oratorí, ne’n sortiguet dès qu’eu fuguet prestre e faguet lu vicarí dins la gleisa de St Pierre-du-Queyroix, sa paròfia. Ne’n 1733, siguet reçaugut pestre2 comunaliste.

« Òme de sciença, de bel eime, de bon caraterí, eriá poëta e farget de gentas chançons ne’n patoes lemosin. Lector dau Virgile, eu iò manhet dins sa linga lemosina, a sa maniera per tentar de ne’n gardar la sabor. Eu reviret los dos prumiers libres de l’Eneida » ‘quò ditz l’abat Arbellot, e l’acte dau deçat de dire : « Lu prumier de març de 1762, a estat metut dins la gleisa, Monsur Jean-Baptiste Roby, prestre comunaliste de St Pierre »…

La persentaci’ dau teiste es de legir per ‘queu passatge sus François lu 1er :

Le motif qui amena François 1er à rendre cette ordonnance est assez curieux. Il nous est donné par Béronie dans la préface de son dictionnaire. « La justice, dit-il, depuis le commencement à l’être en français en 1536, François 1er fut déterminé à ce changement par une expression employée dans un arrêt du Parlement de Paris. Au temps où les jugements étaient rendus en latin, on disait en latin barbare « debotare » pour débouter, ce qui donna lieu à une plaisanterie d’un gentilhomme qui, interrogé par Francois 1er, au sujet du succès d’un procès pour lequel il était venu en poste à Paris, répondit qu’aussitôt son arrivée, la Cour l’avait « débotté », faisant allusion au dispositif de l’arrêt qui portait : Dicta curia dictum actorem debotavit et debotat. Le roi, surpris d’un langage si bizarre, ordonna peu de temps après que les contrats, les testaments et les actes judiciaires seraient rédigés en français.

Trobat sus la tiala entau escrit :

Du tems que les jugemens se rendoient en latin, on disoit en latin barbare debotare pour debouter, ce qui donna lieu à une plaisanterie d’un gentilhomme, qui étanz interrogé par François I. du succès d’un procès pour lequel il étoit venue en poste à Paris, répondit qu’aussi – tôt son arrivée la cour l’avoit débotté, faisant allusion au dispositif de l’arrêt, qui portoit dicta curia dictum actorem debotavit & debotat; le roi surpris d’un langage si bisarre, ordonna peu de tems après que les contrats, testamens, & actes judiciaires seroient rédigés en françois.

e ‘queu-quí sus la natura daus lemosins :

Un genre de chansons, écrit avec beaucoup d’esprit un érudit du bas-limousin, qui pousse chez nous comme le chiendent, est la chanson satirique. Malheur à qui elle s’adresse, car elle a bon œil et belles dents ! De leur nature, les limousins sont frondeurs et malicieux. Ils s’attaquent aux grands, aux puissants, à tous ceux qui détiennent une autorité quelconque : le seigneur, le bourgeois cossu et parvenu, le curé, etc., et le trait bien barbelé, part, touche, faisant de cuisantes blessures. L’auteur de ces chansons ? Tout le monde et personne.

Une femme bat-elle son mari, un veuf se remarie-t-il, un jeune homme épouse-t-il une vielle pour ses écus et réciproquement, le charivari s’organise et sa chanson est tôt bâclée. Généralement, c’est un tailleur qui la fait ; généralement aussi, ce tailleur est un bossu. Les bossus ont tant d’esprit !… »

Laisse la responsabilitat daus perpaus de la darniera frasa au H.Texier, sans obludat lu bocin de l’imne3 lemosin entau balhat :

Baisso-te mountagno,
Levo-te valoun,
M’empecha de veire
Mo mïo Janetoun.

Avant de dire, coma de costuma, que la linga es gaire pus parlada nonmàs dins quauquas campanhas reculadas… lu libre data de 1899.

Lu teiste per se mesma es un pauc coma montrar un libre ad un goiat tabletisat, o far escotar ad ‘na goiata menabruchisada la nhòrla dau F.Raynaud sus lu taxifòne.

‘Queu teiste aüei, es plasent de legir, pòt far susrire, gaire mai.

I a la revirada francesa de persentada, mai de las nòtas de bas de pajinas, dins ‘na volontat de far sabant. Sei pas pró inteligent dins la coneissança prionda de la linga, sas subtilitudas coma diriá l’autra, mas, o ‘quelas nòtas montran lu doble chaminament tras los sègles XVIII e XIX, mai dau sègle XIX d’aici aüei, o, que desjà, la « mesa ne’n equaci’ de la linga » fasiá ne’n obludat la polisemia coma possibilitat4.

Per eisemple, paja 30 dau Virgilo, p64 dau fichier *.pdf :

V’ovès gu cinq pôs de chaten
Per vous fas uno bouno caisso
Qu’oguesso plo fa moun enbaisso.

V’aietz (=aiatz, ajatz, avetz) gut(s) cinc pòsts de chasten
Per vos far una bona caissa
Qu’aguessa (=aguesse) plán fach mon embaissa.

Eussiez vous eu cinq planches de châtaigniers
Pour vous faire une bonne caisse
Que mon affaire eût été faite.

La prumiera frasa es revirada dins lu libre per « vous avez vu cinq planches de châtaigniers » marchatz saber perque. Lu mòt « pôs » mena ad una nòta per eisplicar que los autors o revireten per « planches » mas que « pô » vòu dire « pieu » ; benaisa siàia la grafia nòu-classic per poder destriar demest : pòst, plancha per « planche » e pau, picat per « pieu »

Per eisemple, doas pajinas pus luenh (p32 dau Virgilo, p66 dau fichier *.pdf) :

Soun sermoun guesso eyta pus loung,
Mas lo biso au be l’aquiloun
Dy lo voualo, têto beissado,
Noun sey tambours, foguet entrado,
Pousset lous flots si nau dy l’er
Qu’au neget presque Jupiter,
Brizet la vergas coumo veyre.

Son sermon ‘guessa estat pus long,
Mas la bisa o be l’aquilon
Dins la voala, testa baissada,<
Non ses (=sens) tambors, fuguet entrada,<
Posset los flòts si naut dins l’er (=aër)
Quò nejet presque Jupiter,
Briset las vergas coma veire.

Contrarament a la revirada dins lu libre, sei pas segur que l’aiga faguesse « negar~nevejar~neviar » quauqu’un, mesma montada d’aici l’Olimpe, beleu be qu’una vetz montada naut, ‘la pòt far se « nejar~neiar » lu Jupiter, ‘quò-quí me sembla melhor.

E entau fasent, a mai d’un endrech. Dins lu teiste, i a mai de las eispreci’s d’enquera viva coma « far lu corna bedeu », « ‘ver un credit per las larmas » (cf nòta 1), o d’autras que son obludadas per causa d’actualitat ; dins 20 ans, quantben de gent per comprener « ‘ver sa part d’ombra coma Cahuzac son solelh soïsse », d’autras que la sinhificaci’ es estada chamjada coma « dau vin de Parpayat »5 dins lu libre, qu’un vielh dins lu villatge disiá « un vin de parpalhon » per parlar dau pinaud champanhisat.

Totjorn dins la revirada e las nòtas (P132 dau Virgilo, p155 dau fichier), i a un punt sus :

Quiau poÿs nuri daus moutous
Tant grands, mo fe, couma d’aus aneix,
S’y mingeo daus vedeux mounganeix,
S’y culi de fort beu froument,
Mai boun noumbre de cots de pouen,
Car y m’ant dit qu’aquelo terro
Ei renoummado per lo guerro ;

Quau païs nurís daus motons
Tant grands, ma fe, coma daus asnes,
S’i minja daus vedeus mangaunhós,
S’i culhís de fòrt beu froment,
Mai bon nombre de còp de puenh (=ponh, punh)
Car ilhs m’an dich qu’aquela terra
Es renomada per la guerra ;

« Mangaunhós » eissista pas, es un derivat de mangaunhas (= jangaunhas), las « mâchoires, mandibules » ne’n francès. La revirada francesa balha « délicieux », mas, la nòta iò ditz be que quò es un « à-peu-près ». L’adaptí ne’n « mangaunhós » apres ‘ver damandat a ma mair e un de mos oncles de que que quò vòu dire. Ilhs semblan ‘nar vers « un torilhons de l’annada, un vedeu que frutget sos la mair » ‘laidonc, « de la charn tendra ». J.Faury balha dins son diccionarí (→ fr) « la vianda éra talament dura que las jangaunhas ne’n patinavan ». I a beleu de que charchar per aquí, un mòt beleu perdut per tot jamai.

De notar que dins lu fichier, manca quauquas pajas que fugueten pas numerisadas, beleu perque las son pas dins un fòrça bon estat de concervaci’.

Per ne’n ‘chabar, sabe pas tròp de que far d’un tau libre. Fau quò lu tornar esditar mai las doas grafias, mai la revirada, nonmàs daus bocins mas de bana coma ‘n’erplicaci’ de teiste… fau quò, fau beleu pas, ne’n sabe res. Lu teiste es pas aisat e fau pas creire far aimar la linga entau, mas aquò resta un bon teiste, ‘laidonc, picatz los liams per legir e vos far un eivís.

_____

1) Umor, i a pas de concurença d’intra los cibercaiers d’òc, aürosadament perque de quò qu’entende d’aquí-d’alaí, lu top 3 es entau fach : prumier, segond, treseme… me, sei luenh, luenh, luenh. Màs ; coma mas larmas son d’aur, poguí me ‘chaptar un crosor intersiderau per me pradelar dins ‘na galaxia d’enquera mai eslunhada.

2) L’escrive entau ‘questa vetz per far virar lu vin de messa 🙂

3) Totas semblança coma l’antifònia oficiala de l’occitanistan es las fruchas de l’asard. Mai-que-mai que per ma pera, sei dau costat Turlututu de la fòrça, que lu prumier qu’adjuta « chapeu ponchut » obludesse pas que mai la chareta intersiderala, ‘chaptí una epèia lasèra :p

4) Lu o la que compren quò que vòle dire ganha lu libre dau R.Lafond « Lo viatge grand de l’Ulisses d’Itaca ».

5) es un luòc dich a Isle dins los environs de Lemòtges.

Publicités

Dau sègle XVI juscantau sègle XIX

Las òbras lemosinas compausadas desempuëi lu sègle XVI d’aici au sègle XIX, lista tirada dau libre dau Camilhe Chabaneau « La langue et la litterature du Limousin » (de deschargar aquí sus archive.org).

Henri Estienne publiet en 1566 una « Apologie pour Hérodote » dins laquala i a l’istòria dau curat de Peira Bufíera, trosada en naut-lemosin.

Bertrand de la Tour (x-1648) chamoine de Tula, fuguet l’autor de poësias e subretot de nadaus, que un per lu mens es gardat (~1620).

-!- 1641 es la data portada sus un pitit poëma de benleu 900 vers, cantiqua consacrat a Senta Valeria (1).

Philippe Le Goust (Confolent (Charanta) x-x) medecin de Niòrt. Escriguet mai d’un tèxte en Lemosin (2). Nos resta ‘n’òda remirabla imprimada vers 1650. Aviá revirat « l’Enéide » dau Virgile e aviá escrich en Lemosin daus comentaris sus las « Grenouilles » d’Aristophane.

Siméon Poylevé (1620-1697), consul de Lemòtges (1652) composet mantas òbras lemosinas, de las chançons (grafia trobada) :

Lou cuer de mo mio li fai tan de mau
Quan io la vau veire, lo soulage un pau.

F. Rempnoux (Chabanès (Charanta) escriguet « les Amours de Colin & Alyson » qu’una edicion es datada de 1641. Mai d’una vetz ‘la es balhada coma escrita « en vers poitevin ».
-!- : « Capiote, pastorale Limousine », benleu composada vers 1680, coma ‘la parla d’istòrias que se passeten a Nontron dins las annadas 1621, ‘la es benleu mai anciana.
Mathieu Morel (x-1704) medecin a Lemòtges, composet daus Nadaus e quauquas poësias.
L’abat Roby (Lemòtges 1703 – 1761), escriguet mai-que-mai ne’n lemosin d’un biais perticulier. De’n prumier fuguet conegut per sas chançons plasentas e mocandièras. Aimava lo « Virgile travesti » texte francés dau Scarron, ‘net donc a la sorça e reviret directament Virgile dins ‘na parodia ; son chafre eriá mesma lu « Virgilo Limouzi ». Publiet vers 1745 « Eglogues » dau Virgile en Peirigordin (3) e una « Énéide travestie » en 1748, tèxte seguit d’una revirada francesa dau Huber Texier (4).

  • De visar « Énéide travestie » sus Galicà.

L’abat Sage. « Las Ursulinas » poëma composat vers 1780 ente son mocadas las religiosas dau covent epònime de Lemòtges.

P. Lacombe (Tula). Daus pitits poëmas (~1780) coma « la Moulinado ».

Léonard Trompillon (1750-1824) pestor dins Lemòtges. composet quauquas chançons e ‘na « Henriade » farjada de vers mocandiers.

L’abat David (Lubersac 1740-1830) quauques poësias lemosinas.
L’abat F. Richard (1730-1814) bilhet especiau
L’abat J. Foucaud (1747-1818) bilhet d’anniversari
  • Pitit mòt de l’abat R. curat de Rechoard, sus Richard (sus Galicà).

Avant de far venir los felibres : Joseph Roux, Louis de Nussac, e lu marchès Sernin-Santy dins ‘n’autra pagina e ‘n autre jorn, vos laisse ‘quí coma los Messurs Tarneaud e Savergnac.

Nòtas
1/ Senta Valeria es la patrona de Lemòtges
2/ Iò sabem de per lu tesmonhatge de Balzac (Jean Louis Guez de), academician francés, Eigolesme 1595-1654. Sas letras e sos tèxtes politiques contribuisseten a farjar ‘na pertida de la pròsa classica.
3/ Viviá a Eissiduelh – Dordonha.
4/ Mai d’una vetz, los tèxtes erian publiats dins las doas lingas mai d’una notiça ente la gent parlavan de la literatura, dau dialecte… ren de nuòu ‘laidonc.

=(^o^)=