N’i a de richessa que la vita

Jusqu’ici, en parlant d’échange, j’ai eu soin de n’employer que le mot « avantage ». Mais ce terme comprend deux idées : l’avantage d’obtenir ce dont nous avons besoin, et celui d’obtenir ce que nous souhaitons. Les trois quarts de la demande mondiale sont romantiques, fondées sur des visions, des idéalismes, des espérances et des affections ; et la régulation du porte-monnaie est, par essence, la régulation de l’imagination et du cœur.

‘Queu passatge es seguit d’una fòrma d’equaci’ per carcular lu pretz ente son considerats 4 elements : lu desei per iò ‘chaptar, la desirança dau vendor per pas lu vendre, la quantitat de trabalh realisada per lu ‘chaptor per l’aver mai la resulta dau trabalh que lu vendor pòt balhar per iò servar.

‘Queu passatge, coma lu a la fin d’aqueu bilhet, es tirat de « Il n’y a de richesse que la vie », un libre dau John Ruskin, escrich ne’n 1862.

Lu jornau « La Décroissance »  fai ‘na persentaci’ de l’autor coma l’un daus « pairs de la descreissença », o per estre mai jurte, un daus pairs de la sostenabilitat.

De sos soschaments, sas questions sus las raiças de l’eideia de far le economia ‘na « sciença », l’autor tira un boiradís estranh dintra la natura dau trabalh, los ustilhs per far, ‘quò qu’es fai o d’enquera lu pretz, l’eschamge e lu biais de consomar.

Mai d’uns passatges son pas d’aüei, de segur, e son d’un bon gròs moralisme pròpri a l’epoca. L’autor, que fuguet invitar de ‘restar de criticar* la tota poderosa machina economica de l’Anglaterra victoriena, balha dins la darnièra pertida de las definici’s sus quò que son la richesa, la valor, lu capitau. ‘Quelas definici’s, mai d’una vetz persentadas sus ‘na mòda malaisada au jorn d’aüei, son passadas tras ‘queu filtre morau e, entau fasent, se troban pinturadas coma daus eimatges de bon comprener.

Capital signifie « tête, source ou racine matérielle » ; c’est un élément à partir duquel un bien dérivé ou secondaire est produit. Il n’est donc capital à proprement parler (caput vivum (capital vivant, celui qui fructifie, qui sert la production) et non caput mortuum (capital « mort », inerte et stérile)) que s’il produit une chose différente de lui-même. C’est une racine, qui ne remplit ses fonctions vitales qu’en produisant autre choses qu’une racine ; c’est-à-dire un fruit. Ce fruit produira à son tour des racines, et ainsi tout capital vivant aboutit à la production du capital. Mais le capital qui ne produit rien que du capital n’est qu’une racine produisant des racines, un bulbe engendrant un bulbe et jamais une tulipe, du générant du grain et jamais du pain. L’Économie Politique européenne s’est jusqu’à présent totalement vouée à la multiplication des bulbes, ou (ce qui est encore moins) à leur agrégation. Elle n’a jamais vu ni conçu l’existence d’une tulipe. […]

 

*tota semblança mai daus fachs eisistants, aëui, es la resulta dau asard lu pus grand.

  • Édition « Le pas de coté » 27, rue Riparia – 18100 Vierzon
  • Francophones, la traduction de ce billet est lisible sur le site de l’ADC45 (>fr)