14

« 14 » un libre dau Jean Echenoz (>fr).

Un libre, pitit, escrich mai ‘na linga francèsa ben afialada, cicelada, beleu pro que pauc d’una moda « salon parisien inside », mas, me songe jurtament que faça a las orrors contadas, fin finalament, es tot sauv de l’irònia aisada per ‘questa istòria corta.

‘Na goiata, de la nauta dins ‘na p’ita vila, un pitit borges, son galant, un autre goiat, amoros, mai tres autres apres pertir far la guerra de 14. Luquau, o b’etot losquaus tornaren e comint ?

[…] C’est alors qu’après les trois premiers obus tombés trop loin, puis vainement explosés au delà des lignes, un quatrième percutant de 105 mieux ajusté a produit de meilleurs résultats dans la tranchée : après qu’il a disloqué l’ordonnance du capitaine en six morceaux, quelques-uns de ses éclats ont décapité un agent de liaison, cloué Bossis par le plexus à un étai de sape, haché divers soldats sous divers angles et sectionné longitudinalement le corps d’un chasseur-éclaireur. Posté non loin de celui-ci, Anthime a pu distinguer un instant, de la cervelle au bassin, tous les organes du chasseur-éclaireur coupés en deux comme sur une planche anatomique, avant de s’accroupir spontanément en perte d’équilibre pour essayer de se protéger, assourdi par l’énorme fracas, aveuglé par les torrents de pierres, de terre, les nuées de poussière et de fumée, tout en vomissant de peur et de répulsion sur ses mollets et autour d’eux, ses chaussures enfoncées jusqu’aux chevilles dans la boue. […]

Les autorités civiles et militaires ont boycotté ostensiblement ce monument, le considérant sacrilège, il n’y a pas eu de détachement militaire aux cérémonies commémoratives de l’Armistice. Et le monument aux morts de Gentioux n’a toujours pas été reconnu et encore moins inauguré officiellement par l’État français. Il a juste été inscrit, au début de 1990, au titre des lieux de mémoire.

Publicités