Doas legidas ne’n « vieil langage françoys »

Doas legidas que seran ‘ribadas 3 a la fin d’aqueu bilhet. Dos libres per se far far brí-brí dins la testa, 2 libres per comprener coma ‘quò es eissabanit de voler UNA sola modalitat de LA linga, sens p’una variaci’, sens asperitat, dos libres per comprener que la sabor ten tant tot au mens « dé lo lando parfumado dé nōtré Limouzi » que de quauquas directivas normativatritz « que cal seguinizir », beleu per pas se far crebar los~las normopate~a~s occitan~a~s.

De’n prumier los « lais » de la Marie de France. Vertadiers racontes d’aventuras e d’amor, los « lais » son estats escrichs, composats, amassats a la fin dau sègle XII, desjà per pas se far pardre la linga e laissar ‘na possibilitat aus generaci’s apres venir de comprener lu monde d’aqueu temps. I a de las fadas, daus chivaliers, de las damas e quauques sorcilhatges, lu tot desbotjat dins un libre dins las doas lingas, « romana », coma ò dich l’autritz, e lu frances, aürosadament perque quauquas vetz, la formulaci’ es pas aisada. Ürosament màs, dau mesma biais, es pas revirat per gardar lu fiu dau raconte, non, es revirat mai d’un còp per « far estile ». Ne’n defòra d’aquela mòda que me fai ne’n trobar dire, es plasent de legir dau « vielh frances », la grafia sembla mai d’una vetz a de l’occitan :

Mes ne poeie a vus venir
ne fors de mun païs eïssir
se vus ne m’eüssiez requis.

Mas ne poviá venir a vos
o me forçar a eisir dau païs
Que vos m’aguessetz requesida.

Mais je ne pouvais pas vous rejoindre
ni sortir de mon pays
si vous ne m’appeliez d’abord.

La revirada francesa es la dau libre.

Los « lais » son mai d’un còp usats dins de las bandas dessenhadas, fau ‘nar fusinar dins las bibliotecas.

Lu second libre es dau Villon (sègle XVI). Aviá jamai res legit de se, aura qu’es fach. Aquí maitot i a las doas lingas, aquí maitot, aürosadament mas aquí es mas dins de las nòtas.

Tant per la Marie de France, la grafia* es « aisada », lu vocabularí e quauquas biais de dire ò son un pauc mens, tant aquí, sabe pas quò que fagueten la gent d’aqueu temps, es clafit d’aquelas preciositats que trobem au jorn d’aüei dins lu frances.

Je suis Françoys, dont il me poise,
Né de Paris emprès Pontoise,
Et de la corde d’une toise
Sçaura mon col que mon cul poise.

Freres humains qui après nous vivez,
N’ayez les cuers contre nous endurcis,
car se pitié de nous povres avez,
Dieu en aura plus tost de vous mercis.
Vous nous voiez cy attachez cinq, six :
Quant de la chair, que trop avons nourrie,
Elle est pieça devorée et pourrie,
Et nous, les os, devenons cendre et pouldre.
De nostre mal personne ne s’en rie ;
Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre !

Se freres vous clamons, pas n’en devez
Avoir desdaing, quoy que fusmes occis
Par justice. Toutesfois, vous sçavez
Que tous hommes n’ont pas bon sens rassis ;
Excusez nous, puis que nous sommes transsis,
Envers le fils de la Vierge Marie,
Que sa grace ne soit pour nous tarie,
Nous preservant de l’infernale fouldre.
Nous sommes mors, ame ne nous harie ;
Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre !

Es dins lu Villon que se pòt veire los desgats dau Malherbe**, lu que faguet pardre l’eisprissivitat de la linga francesa per la chausida d’una linga monò-vocabularistica. Quante pensem que d’aucuns volen la mesma chausa per « l’occitan », afe, lu lemosin passará pas per aquò.

  • De legir sus Rua89 (>fr), un article que parla daus dau Japon, de legir per los comentaris sus… lu frances.

_____

* non res, aviá un chause que me manhava mas… res 🙂
** perque v’autres iò valetz be :

Enfin Malherbe vint, et, le premier en France,
Fit sentir dans les vers une juste cadence,
D’un mot mis en sa place enseigna le pouvoir,
Et réduisit la muse aux règles du devoir.
Par ce sage écrivain la langue réparée
N’offrit plus rien de rude à l’oreille épurée.
Les stances avec grâce apprirent à tomber,
Et le vers sur le vers n’osa plus enjamber.
Tout reconnut ses lois; et ce guide fidèle
Aux auteurs de ce temps sert encor de modèle.
Marchez donc sur ses pas; aimez sa pureté,
Et de son tour heureux imitez la clarté.
Si le sens de vos vers tarde à se faire entendre,
Mon esprit aussitôt commence à se détendre,
Et, de vos vains discours prompt à se détacher,
Ne suit point un auteur qu’il faut toujours chercher.
Il est certains esprits dont les sombres pensées
Sont d’un nuage épais toujours embarrassées;
Le jour de la raison ne le saurait percer.
Avant donc que d’écrire apprenez à penser.
Selon que notre idée est plus ou moins obscure,
L’expression la suit, ou moins nette, ou plus pure.
Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisément.
Surtout qu’en vos écrits la langue révérée
Dans vos plus grands excès vous soit toujours sacrée.
En vain vous me frappez d’un son mélodieux,
Si le terme est impropre, ou le tour vicieux;
Mon esprit n’admet point un pompeux barbarisme,
Ni d’un vers ampoulé l’orgueilleux solécisme.
Sans la langue, en un mot, l’auteur le plus divin
Est toujours, quoi qu’il fasse, un méchant écrivain

Nicolas Boileau, L’art poétique, chant I, v.131-162