« G » coma Gargantua dau Rabelais

E subretot Pantagruel, chapitre 6 « Comment Pantagruel rencontra un limousin qui contrefaisait le langage français ».

[…] « Seignor missaire, mon génie n’est point apte nate à ce que dit ce flagitiose nébulon, pour excorier la cuticule de notre vernacule gallique ; mais vice-versement je gnave opère et par vèle et rames je m’énite de le locupleter de la redondance latinicome.

– Par Dieu, dit Pantagruel, je vous apprendrai à parler. Mais devant, réponds-moi, dont es-tu ? »

À quoi dit l’écolier :

« L’origine primève de mes aves et ataves fut indigène des régions Lémoviques, où requiesce le corpore de l’agiotate saint Martial.

– J’entends bien, dit Pantagruel, tu es Limousin, pour tout potage, et tu veux ici contrefaire le Parisien. Or viens çà, que je te donne un tour de pigne. »

Lors le prit à la gorge, lui disant :

« Tu écorches le latin ; par saint Jean, je te ferai écorcher le renard, car je t’écorcherai tout vif. »

Lors commença le pauvre Limousin à dire :

« E ! Dija ! Gentilhastre ! Ò ! Sent Marçau, adjudatz me ! Au ! Au ! Laisatz aquò, au nom de Diau, e ne me tocatz grán ».*

À quoi dit Pantagruel :

« À cette heure parles-tu naturellement. »

Et ainsi le laissa […]

* es pas grafiat entau dins lu libre, de segur, màs dins la revirada francèsa nimai. Lu texte data de 1542. La revirada balha « français » ne’n luòc d’un « langage français » e de segur parla de « patois limousin ». Occitan-a-s, mesfiatz v’autre-a-s, lu lemosin es pas coma lu vòstre parlar : « tocar » vòu dire « taper, frapper, se heurter » e non pas « toucher » coma es revirat dins lu libre ; per « toucher » ‘quò seriá « tochar », que vòu dire maitot menar las vachas, afè.

Dins ‘queu chapitre, Rabelais se moca d’en prumier « daus sabants » clafits de sabantarias, ‘quò deu be eisistar d’enquera queraque, puèi de segur daus parlars que son pas lu seu. Los lemosins son be ma’ürós d’estre entau montrats dau det.

Au jorn, d’aüei, ‘na tela scèna se fariá sus lu dialecte daus fonccionarís dau ministerí frances de la cultura oficiala. Vei-ne’n-quí un bocin tirat dau FRAC Centre (>fr) :

Les oeuvres présentées au FRAC Centre sont autant d’expériences vertigineuses induites par des installations lumineuses, brume ou dispositifs mécaniques illusionnistes. The Fog Factory (2005-2011, coll. FRAC Centre) se donne comme la maquette-modèle de la gare de Nancy, immergée dans la brume, qui transforme la maquette en architecture entropique. L’installation luminocinétique Réplique (Baphomètre)(2008, coll. FRAC Centre) nous renvoie quant à elle aux expériences optiques du début du XXe siècle. Tore (2000, coll. agnès b.) projette une galaxie tourbillonnante de lumière. […]

Sus lu sití dau CCC-Tours (>fr) :

[…]Dans cette nouvelle exposition conçue comme un dispositif global instaurant un nouveau type de dialogue entre ses œuvres, Bertrand Lamarche redistribuera ces figures récurrentes comme les ingrédients d’un scénario pour un film en suspens. Plan par plan, l’exposition déroulera le récit d’un parcours nocturne, d’une rêverie où s’amplifient les distorsions d’échelle, d’espace et de temps. […]

Deve dire que sei pas reaccionarí e que l’erpausici’ dau Lamarche eriá fòrça bra’a, fòra los textes de persentaci’.

Vòle ‘na revida, lemosina o francèsa, subretot pas dins ‘na linga occitana poli-pluri-multi-unici-medi-centraliZada blosa. Es un escandale de veire la moneda de la talha mai la gabela entau besilhada dins ‘na linga que degun compren p’un piau 🙂 , Rabelais, entorna te, viste.

Publicités