NaHaiWriMo 1

Dins son darnier mitan,
A negra nuech,
Apres un jorn blanc,
E fred,
Sauta lu NaHaiWriMo.

Quand lu monde duerm
Lu haijin dins las nuechs lentas,
Velha jurt’au jorn*.

D’una esclampetada
D’un viatjor, far un haiku.

Un mes de temps, dau prumier au darnier jorn de febrier,
Farjar, far, perticipar, charchar, boirar, chavar, chaulhar, desbroirar, rencurar…
NaHaiWriMo es eisit, ‘ribat, d’enquera ujan a la mòda lemosina sos la fòrma dau NaHaiWriMòc,
Prener dau plaser,
L’eisercicí es bon per far se ‘chabar
Lu brundissament dau monde.

_____

nahaiwrimoc

* librament adaptat dau Pau-Loís Granier (Los mestres dau fuec) :
« E, quand Lemòtges dòrm, sovent, dins las nueits lentas,
velhan dusc’au jorn brudent d’obrants rums. »

_____

Dans sa dernière moitié,
Au cœur de la nuit,
Après un jour blanc,
Et froid,
Naît le NaHaiWriMo.

Quand dort le monde
Le haijin dans les nuits lentes,
Veille jusqu’au jour*.

Du bruit [ que fait] l’étincelle
D’un passant, faire un haiku.

Pendant un mois, du premier au dernier jour de février,
Forger, faire, participer, chercher, mélanger, creuser, souiller, des-mélanger, regretter…
NaHaiWriMo es né, arrivé, encore cette année il y aura une façon limousine sous la forme dau NaHaiWriMoc,
Prendre du plaisir,
L’exercice est excellent pour taire
Le vacarne du monde.

_____
* librement adapté d’un poème de Paul-Louis Grenier « Les maîtres du feu » :
« Et, quand Limoges dort, souvent, dans les nuits lentes,
Ils veillent jusqu’au jour bruissant de laborieuses rumeurs. »

_____

Per trobar quauques haiku analisats, espelhats, copilhats dins tots los sens per ne’n tirar, ne’n comprener l’eime, fau ‘nar sus :

-!-