Countre lou grand mogosin 2/2

La sega dau bilhet « Countre lou grand mogosin » dau Faurilhon

 

Di lou viei boutiquou
Lou paubré piti diable
O dou pas de cha nou
Vaï peri misérable
Ne vendro re, resto tout sou…Et quand ribo lou ten
De lo poya, lo traïto,
Un hucher mau plosen
Viaulo quello retraito
D’un paubr’ et honeit’ eïnoucen.

 

Et l’argent eï parti
Di quello grando caïsso
Per ne pu reveni…
Que faït-eu ? O engraïsso
Queu qu’un peuple deurio detrui.

 

Eïtouna-vou, oprei,
Que nôtre coumerçan
N’occupe pas l’oubreï,
L’artisan, lou peïsan,
Quand tout part di quel océan !

 

Mêmo prosperita
Mêmo bouno largesso
Ne pourrian pas tarda
De nous fâ gentillesso
Si nous sobian bien nous eida.

 

Per nautrei, Limousi,
Di nôtro bouno villo
Fosan la pervesi ;
Laissan lo peccotillo
Per lou bozard o per Poris.

 

 

Ne creseï pas, pertant,
Que, fi de lo campagno,
Io saï resta peïsan
Per vous chercha choragno ;
Aïme lo liberta o prumier plan.

 

Di un raïb’, un beu jour,
Vigueï touto lo terro
Chossan sou viei vautour
Causo de touto guerro
Vendr’ et chôta en libre cours.

 

Et queu raïbe si court
Di n’oro rochonada
Vigue reta soun cours
Au soun de lelunjado
D’un sale chovan d’olentour.

 

Et qui mogosi grands
Que soun touto lo causo
Deurian poya d’autant
N’impôt sur chaco chauso
Potento per chaque tolant.

 

Tôu lôu mouyen deurian,
L’argent coumo lo terro,
Furni aux morts de fan
Empeichâ lo misero
A mesuro qu’i soun pu grands.

 

Et moun cœur me faï mau
Quand vesè un paubré diable,
Mau bilia, en socliau.
Esse countribuablè,
Poya l’impôt per qui ‘nimau !

 

Parle de qui richards
Princeï de lo finanço
Qu’ant l’orgi per autar ;
Qui que rouenent lo Franço
Per l’argent, lou grand troquonard

 

Qui que nous rouenent tou
Per poya lour orgio
Que rendent molhurou
Tout’ un peupl’ en furiô
Que vaï muri necessitou.

 

 

Vôta, vôta l’impôt
Qu’un peuplé vous domando.
Prenei ente n’io trop,
Legalisa l’offrando
L’humanita diro bravo.

 

Et lo vou, lou grand jour
De l’eleci seguento
Vendro, di sou omour,
Forto, recouneïssento
Per courounâ soun bienfaitour.

 

 

Faurillou

Dins los vielhs boticons
Lo paubre pitit diable
A dos pas de chas nos
Vai perir miserable
Ne vendrá res, resta tot sòu…E quand ‘riba lo temps
De la paia, la traïta,
Un uchier14 mau plasent
Vola ‘quela retraita
D’un paubr’ e onest einocent.

 

E l’argent es pertit
Dins ‘quela granda caissa
Per ne pus revenir…
Que fai-t-eu ? Ò engraissa
‘Queus qu’un pòple deuriá detruir.

 

Estonatz-vos, apres,
Que nòstre comerçant
N’ocupa pas l’obrier,
L’artisan, lo païsan,
Quand tot part15 dins ‘quel ocean !

 

Mesma prosperitat
Mesma bona largessa
Ne porian pas tardas
De nos far gentilhessa
Se nos sabian ben nos aidar.

 

Per n’autres, Lemosins,
Dins nòstra bona vila
Fasam las perveci’s 16;
Laissam la pacotilha
Per lo basard o per París.

 

 

Ne cresatz18 pas, pertant,
Que, filh de la campanha,
Iò sei restat païsan
Per vos cherchar charonha19 ;
Aime la libertat au prumier plan.

 

Dins un raib’, un beu jorn,
Viguei tota la terra
Chaçant sos vielhs vautors
Causa de tota guerra
Vendre e ‘chaptar en libre cors.

 

E ‘queu raibe si cort
Dins ‘n’òrra rochonada
Viguet ‘restar son cors
Au son de l’eslunhada20
D’un sale chavan d’alentorn.

 

E ‘quilhs magasins grands
Que son tota la causa
Deurian paiar d’autant
‘N impòst sus chasca chausa
Patenta per chacque talant21.

 

Tots los moiens deurian,
L’argent coma la terra,
Furnir aus morts de fam
Empeschar la misera
A mesura qu’ilhs son pus grands.

 

E mon cur me fai mau
Quand vese un paubre diable,
Mau ‘bilhat, en sòclau22.
Esser contribuable,
Paiar l’impòst per ‘quilhs ‘nimaus !

 

Parle d’aquilhs richards
Princes de la finança
Qu’an l’argent23 per autar ;
‘Quilhs que roïnan la França
Per l’argent23, lo grand tracanard.

 

‘Quilhs que nos roïnan tos
Per paiar lur òrgia
Que renden malurós
Tot un pòple en furia
Que vai murir necessitós.

 

 

Votatz, votatz l’impòst
Qu’un pòple vos damanda.
Prenetz ente n’i a tròp,
Legalisatz l’ofranda
L’umanitat dirá bravò.

 

E la votz, lo grand jorn
De l’elecci’ seguanta
Vendra, dins son amor,
Forta, reconeissanta
Per coronar son bienfaitor.

 

 

Faurilhon

Dans les vieilles boutiquettes17.
Le pauvre petit diable
À deux pas de chez nous
Va périr misérable
Ne vendra rien, reste tout seul…Et quand arrive le temps
De la paye, la traite
Un huissier mal plaisant
Vole cette retraite
D’un pauvre et honnête innocent.

 

Et l’argent est partit
Dans cette grande caisse
Pour ne plus revenir…
Que fait-il ? Il engraisse
Ceux qu’un peuple devrait détruire.

 

Étonnez-vous, aprés,
Que notre commerçant
N’occupe pas l’ouvrier,
L’artisan, le paysan,
Quand tout part dans cette océan.

 

Même prospérité
Même bonne largesse
Ne pourraient pas tardées
De nous faire des gentillesses
Si nous savions bien nous aider.

 

Pour nous autres, Limousins,
Dans nôtre bonne ville
Faisos les provisions ;
Laissons la pacotille
Pour le bazar ou pour Paris.

 

 

Ne croyez pas, pourtant,
Que fils de la campagne,
Je suis resté paysan
Pour vous chercher querelle ;
J’aime la liberté au premier plan.

 

Dans un rêve, un beau jour,
Je vis toute la terre
Chassant ses vieux vautours
Cause de toute guerre
Vendre et acheter au libre cours.

 

Et ce rêve si court
Dans une horrible ronchonnade
Vit arrêter son cours
Au son de l’hurlement
D’un sale chat-huant alentour.

 

Et ces grands magasins
Qui sont toute la cause
Devront payer d’autant
Un impôt sur chaque chose
Patente pour chaque « talant » 21.

 

Touts les moyens devraient,
L’argent comme la terre,
Fournir aux morts de faim
Empêcher la misère
À mesure qu’ils sont en plus grand nombre.

 

Et mon cœur me fait mal
Quand je vois un pauvre diable
Mal habillé, en sabot.
Être contribuable,
Payer l’impôt pour ces animaux.

 

Je parle de ces gros riches
Princes de la finance
Qui ont l’argent pour autel ;
Ceux qui ruinent la France
Pour l’argent, le grand traquenard.

 

Ceux qui nous ruinent tous
Pour payer leur orgie
Qui rendent malheureux
Tout un peupleen furie
Qui va mourir indigent.

 

 

Votez, votez l’impôt
Qu’un peuple vous demande.
Prenez où il y a trop,
Légalisez l’offrande
L’humanité dira bravo.

 

E la voix, le grand jour
De l’élection suivante
Viendra, dans son amour,
Forte, reconnaissante
Pour couronner son bienfaiteur.

 

 

Le petit forgeron.

 

14 V’autres atz jà vuts un uissier plasent ?

15 Iò sabe, « l’argent es pertit » e « tot part dins l’ocean », es fach a l’espres per veire se v’autres seguissetz.

16 = las provicions { prouvisi’ }

17 (occ) botica {boutiquo} = (fra) boutique, la langue occitane utilise sans problème un diminutif quand la langue françoise a perdu cette souplesse, (occ) boticon {boutiquou} = (fra) petite boutique, soit une boutiquette, et tant pis pour les peine-à-jouirs de la langue.

18 ai tornat quilhar l’imperatiu negatiu.

19 Dins lu Dhéralde : « charougno » « chorougno » : charogne, bête morte, que l’on n’a pas eu le soin d’enfouir. Lu Tintou balha se : « charogne » → carna.

20 eslunhada : prene un pauc de libertat per gardar l’eisprissivitat.

21 sei pas segur de la transcripci’. Un pes de 25kg.

22 me pense que qu’es la contracci’ de « sòc »{soc} e « clau »{ kyo} : sabot fermé.

23 Lu metau e la moneda son pas de prononçar de la mesma mòda, sauv error de ma part, ma mair parla entau (de verifiar l’estiu), sabe pas se qu’es parrier dins l’occitanistan.

 

Publicités

Countre lou grand mogosin 1/2

« Countre lou grand mogosin » dau Faurillou, es un teiste de la bibliotèca numerisairitz dau Lemosin. Me songe que la biblioteca es realisada de mur, ‘laidonc ‘la es pas numerica, ‘la es solida, e, coma ‘la es pas facha de 0 e de 1, ‘la es pas numerisada ; numerisaire e numerisaira~sairitz son los mòts que nos faudriá usar dins ‘queu cas, afe, iò pense, e se los francofònes an pas de que farjar daus mòts entau, an màs parlar lemosin.

Rapelatz v’autres que eu es estat escrich a la desbuta dau sègle passat, que la modernitat ‘ribava mai lu tren que s’etot ‘ribava de París ; la modernitat, mai la mòda e las eideias, coma l’antisemitisme0 que podem trobar mai d’una vetz dins los libres d’aqueu temps, pense aquí au Batistou.

 

Countre lôu1 grand mogosin

Io seï di no coulero,
Ne m’en possede pas
Dé veïré lo miséro
S’eïtocha, s’engrova
Di nôtre peuplé de liberta.

Un ne faï re dau tout !
Quand vese lou coumerce
Suffri, langui pertout
Per tant bien qu’un l’exerce,
Vou faut borra lou boutiquou.

A-vou besoin, fodard,
De cauco monivello,
De bilia, per hosard,
De cauco bogotello,
Coureï, coureï vit’ au bozard !

Per beüre, per minjâ,
Per gronier, per cousino,
Per cova, per chambrâ,
Per toupi, per no tino,
Per juga, per cura lou bournâ,

Per se chaussâ, peïchâ
Ou per nâ o lo chasso,
Per chantâ, per dansâ.
No viello, no besaço,
Pinturo, couado, cadenâ.

Vouleï-vous n’eïmiraï,
Un fauteur, uno sello,
Sur un chopeu un jaï
Per vôtro demoueisello,
No gerlo, ob’ un quite bolaï ?

Per possa, cauque fer ;
Per choffa, cauco grillo ;
Carto de l’Univers
Et millo peccatillo,
Boun marcha ! ! Rè ly ei cher !

Pertant, n’io toun omi
Que vend lo meïmo chauso.
N’io mêmo toun vesi
Que, cha te souvent causo.
Perqué ne preneï-tu pas qui ?

Quand i te serviran,
Co sirio de counfianço,
Tou lou objet vendrian
Dé nôtro bello Franço ;
D’aillours, lou teü n’en jovirian.

– Eïnoucen, diretz-vous ;
Nou ! Co n’eï par lo modo
De se furni cha nou.
Vous seï no vieillo brôdo,
Boun’ o minja dau goletou !

Quante nous couneïssen
Lo Bello Jardinièro,
Boun Marcha et Printemps,
Et Grando Meinogero,
N’io ma Poris per tou besoin.

Vous n’en noummè pas maï
De quello raço juïvo ;
Un en veü lou trobaï
Que nous prend et captivo
So qu’eï de tro quand n’io pas maï.

Lo prend tout notr’ argent
Di so banqu’ infernalo
Et depouillo lo gent
Que quo n’en faï ma ballo
Quant’ a tort i l’y s’odressen.

Contre los grands magasins

Iò sei dins ‘na colera,
Ne me’n possede2 pas
De veire la misera
S’estachar, s’engravar
Dins nòstre pòple de libertat.

Òm3 ne fai res dau tot !
Quand vese lo commerce
Sufrir, languir pertot
Per tant ben qu’òm l’exerça,
Vos fau barrar lo boticon.

Atz-vos besonh, fadard4,
De quauqua manivela,
De bilhard, per asard,
De quauqua bagatela,
Corretz, corretz vit’au basard !

Per beure, per minjar,
Per lu granier, per la cosina,
Per cavar, per chambrar5,
Per un topin, per ‘na tina,
Per jugar, per curar los bornats.

Per se chaussar, peschar
O per ‘nar a la chaça,
Per chantar, per dançar.
‘Na viela, ‘na besaça,
Pintura, coada, cadenàs.

Voletz-vos n’esmiralh,
Un fautuelh, una sela,
Sus un chapeu un jai
Per vòstra domaisela,
‘Na gerla, o b’un quite balag ?

Per passar, quauque fer
Per chaufar, quauqua grilha ;
Carta de l’Univers
E mila pecadilha,
Bon marchat ! ! Res li es char !

Pertant, n’i a ton amic
Que vend la mesma chausa.
N’i a mesma ton veisin
Que, chas te sovent causa.
Perque ne prenes-tu pas ‘quí ?

Quand ilhs te servirán,
Quò siriá de confiança,
Tots los objects vendrián
De nòstra bela França ;
D’alhors, los teus ne’n jauvirián.

– Einocent, diretz-vos ;
Non ! Quò n’es pas la mòda
De se furnir chas nos.
Vos setz ‘na vielha bròda8,
Bon’ a minjar daus galetons ! 9

Quante10 nos coneissem
La Bela Jardiniera,
Bon Merchat e Printemps,
E Granda Meinatgieira,
N’i a París per tos besonhs.

Vos ne’n nomatz pas mai
D’aquela « raça juiva » ;
Òm ne’n veu11 lo trabalh
Que nos pren e captiva
Çò qu’es de tròp quand n’i a pas mai.

‘La pren tot nòstr’argent
Dins sa banc’infernala
E despolha la gent
Que ‘quò ne’n fai ma bala12
Quant’a tòrt ilhs li s’i adreissan13.

Contre les grands magasins

Je suis en colère,
Je suis hors de moi
De voir la misère
S’attacher, s’aggraver
Dans notre peuple de liberté.

On n’en fait rien du tout !
Quand je vois le commerce
Souffrir, se languir partout
Pour aussi bien qu’on l’exerce
Il vous faut fermer boutique.

Avetz-vous besoin, embarrassé,
D’une manivelle,
D’un gros bâton, par hazard,
De quelques bagatelles,
Courrez, courrez vite au bazard !

Pour boire, pour manger,
Pour le grenier, la cuisine,
Pour creuser, travailler le chanvre,
Pour une marmite, une cuve,
Pour jouer, pour curer les ruches.

Pour se chausser, pêcher
ou pour aller à la chasse,
Pour chanter, pour danser
Une vièle, une besace
Peinture, couade6, cadenas.

Voulez-vous un miroir,
Un fauteuil, une chaise7,
Sur un chapeau, un geai
Pour votre demoiselle,
Une cruche, o un quitte balai ?

Pour repasser, quelque fer
Pour chauffer, quelque grille ;
Carte de l’Univers
Et mille peccadille,
Bon marché ! ! Rien n’y est chèr !

Pourtant, il y a ton ami
Qui vend la même chause.
Il y a même ton voisin
Qui, chez toi souvent cause.
Pourquoi ne prends-tu pas ici ?

Quand ils te serviront,
Cela sera en confiance,
Touts les objets viendront
De nôtre belle France ;
De plus, les tiens s’en rejouiront.

– Innocent, direz-vous ;
Non ! Ce n’est pas la mode
De se fournir chez nous.
Vous êtes un vieil imbécile,
Bon pour manger les galetous !9

Quand nous connaissons
La Belle Jardinière,
Bon Marché et Printemps,
Et Grande Ménagère,
Il y a Paris pour tes besoins.

Vous n’en nommez pas plus
De cette « race juive » ;
On n’en voit le travail
Qui nous prend et garde
Ce qui est de trop quand il n’y en a pas assez.

Elle prend tout notre argent
Dans sa banque infernale
Et dépouille les gents
Ce qui en fait ma charge d’avoine
Quand a tord ils s’y adressent.

Faurillou

(de segre – à suivre)

0 metre de bana « jusieu ~ judieu » e « argent, moneda » es antisemite. L’antisemitisme es un punt que degun pòt defendre, emai lu Dhéralde balhesse : « juife – vo » : juif, usurier. De segur istoricament l’usura eriá l’utilitat que lurs eriá daissada dins la ciutat, e es d’ente ven lu prejutjat « judieu = moneda », dins lu teiste, tant prener l’interpretaci’ la pus meschaënta per la denonçar.
Tant coma lu machisme que se tròba un pauc pertot dins lu teiste.

1 prene aquí la libertat de creire que lu chapeu eriá pas estat marquat sus la granda letra dau titre, aviesatz lu document numerisat. Adonc un plurau emai i aguesse pas la « s » aus mòts seguiants.

2 possedar : ai gardat lu « o {ou} » per far aisat.

Dins lu Dhéralde : « possedā (se) » « poussedā (se) » : se posséder, être de sang-froid, maître de soi. Eisemple : ō se poussedo pā de joïo → ò se posseda pas de jòia : il est content.

Dins lu Gonfroy : « possedir » : posséder, se posséder.

3 Òm : ai aimat mielhs un normalisme per ‘na vetz. Dins lu Gonfroy : « Òm » {òn, ün}, : on.

4 fadard. Tirat dau verbe « fadar » : enchanter, ensorceler, folâtrer. De pas prener per « fadart~a » : très fade.

5 chambrar. Tirat dau substantiu « chambe ». Dins lu Gonfroy : « chambe » : chanvre, syn « charbe ». Lu Tintou balha se dins lu sens français-lemosin : « chanvre » (n.m.) : cherbe (fem), charbe, chamble (bas Lim), chambra (bas. Lim.). Lu Faury balha se : « charbe (la ) » : chanvre (lat. Cannabis / cf. chennevis → chervis)

6 couade : c’est une sorte de casserole en bois, en inox, il s’en est même fabriquée en plastique, avec une queue creuse située dans la partie inférieure. La couade remplie et posée sur le bord d’un puits par exemple permettait d’avoir un filet d’eau pour se laver les mains, elle permettait également de boire.

7 una sela : sem pas dins un canton ente la gent qu’an daus chavaus son nombrós, dins ‘queu temps.

8 « bròda » o beleu « brauda ». Dins lu Dhéralde : « brōdo » adj. Fem. : personne capable de rien, nulle. Eisemple : quei no brōdo → qu’es ‘na bròda : c’est un imbécile.

Eu balhe maitot « brodo » sust. Fem. : rosse : mauvais cheval. Se dit aussi d’un homme lâche.

9 e me que teniá los galetons per un plat de festa, sei ‘na bròda 😉

Pour les francofones, pardon, les phrancophones, heu, les francophones, les galetous sont des crêpes épaisses faites avec du blé noir.

10 un còp « quand », ‘na vetz « quante », lu tipe sembla tant de granda precisi’ que me. O es beleu de tròp jaspir a la linga francesa.

11 3ema persona dau singulier, present de l’indicatif dau verbe « veire » : vese~vesi | veses | vei~veu || vesem | vesetz | vesen.

12 bala. Sei pas segur de la virada. ‘Quò sembla bon dins lu sens generau.

13 Aquí maitot, sei pas segur de la dobla formulaci’ de la conjoncci’ de luòc.