#Octobreu — nos

#Octobreu — nos

Dins lu libre daus biais de dire, Eusebi trobet a « nos » de las eispressi’s coma « nos de viperas » o b’etot « sac de nos », mas, p’un piau « testa de nos » ; la pajina eriá esbocinada.

D’enquera ‘na vetz, eu comprendrá res ad un biais de dire, beleu dròle que lu monde risiant.

Pensatz ! Un còp eriá eu liurava dau charbon, dos de París lu fagueten s’esvedelar coma ‘na cana, se tant coma son chareton. L’insurta e lu rire davaleten de bana.

Se coneissiá màs « testa d’uòu », beleu que qu’eriá ‘na varianta dins lu patoes d’aquí.

x-x-x-x-x

Nòtas : la vetz venenta , me fau trabalhar per rendre mielhs lu jòc de mòt coma ò fasiá autravetz un pitit vielh a la velhada.

#Octobrève — nœud

À la bibliothèque mutuelle, dans le livre des expressions, Eusebe trouva à l’entrée « nœud » les expressions « nœud de vipères » ou encore « sac de nœud », mais pas « tête de nœud » ; la page était déchirée.

Il ne comprendrait pas cette fois encore le sens d’une expression qui devait être drôle.

Pensez bien ! Alors qu’il livrait du charbon, deux Panames lui avaient fait un croche-canne, le faisant tomber, lui et sa marchandise. L’insulte et le rire éclatèrent à ce moment.

Lui ne connaissait que « tête d’œuf », peut-être était-ce une variante en patois de París.

x-x-x-x-x

Note : librement inspirée d’une anecdote racontée il y a bien des veillées.