11 — Geu, giau

Vau demorar coma mon freg per la tematica dau jorn, que dins la nuech, la névia de davalar, puei fondre, puei se tornar fredir, tot aquò faguet dau verglaç un pauc pertot. Per l’enchaison, chamgí de bicicleta :

Chadenas gialat
Faguet freg ‘questa nuech
Tombar l’aiga.

N’i a p’uns liams d’intra la fotografia e lu texte.

Cadenas givré
Il a gelé cette nuit
Pisser dessus.

–!–

Le gel nocturne est l’occasion de tartiner un peu :

Un matin, le bruit du pot d’eau qui éclate dans la tête fait germer une goutte de poésie, réveille l’âme et lui confère sa beauté. C’est le moment de dire l’indicible. (…) Un matin, on prend le temps de se regarder vivre.

Maxence Fermine

Ce bruit « du pot d’eau qui éclate » est un sublime hommage à Bashō · 芭蕉,  :

Le bruit du pot d’eau qui éclate
(L’eau a gelé cette nuit)
me réveille.

–!–

E un second per la nuech, tombat de ser, davant Ermès.

Son vol
A l’encontrarí d’un borilh de neu
Sens despassar las boinas.

I a un auseu dins l’aubre

Son vol plané
Bien moins léger qu’un flocon
Sans exagération.

😀