Jan Dau Melhau, Parcours d’un occitan réfractaire

« Jan Dau Melhau, Parcours d’un occitan réfractaire. Entretiens avec Baptiste Chrétien » per lu titre plen.

Vau pas aquí escrire, mai-me-tot, sus ’queu libre quante d’autres ò fagueten fòrt ben, per eisemple aquí :

Ce livre, qui recueille une série d’entretiens réalisés entre 2015-2016 par Baptiste Chrétien, fidèle de ce blog, nous en apprend beaucoup sur son itinéraire, qui rencontre ceux de nombreux occitanistes entre les années 70 et nos jours, et il offre ainsi un regard rétrospectif aigu sur un pan d’histoire culturelle qu’en Limousin on s’attache désormais surtout à refouler, comme il advient toujours avec les mouvements qui ont échoué. Qu’on lise les ouvrages d’histoire des idées contemporaines en France : presque aucune mention n’y est faite de tout ce qui peut s’apparenter au « régionalisme » pour une cervelle parisienne : n’y figurent pas même les noms de Castan ou de Lafont, alors ne parlons pas de Melhau ! Ce livre aussi nous permet d’appréhender la vision du monde très particulière de Melhau (puisque c’est ainsi que nous l’appelons), sa philosophie ou, si l’on veut mieux – l’homme ne se prétend pas philosophe – son idéologie (le mot est ici employé avec la plus grande neutralité, disons ses vues sur la société, la politique et l’histoire).

Dau libre

Lu libre es fòrt agradiu de legir.

I a pas de chapitratge « las annadas d’enfança », « Tolosa », « Tornar a la terra, a la linga », « far lu comedian »… non, lu libre a ‘na desbuta e ‘na fin, ‘na fin dins la matiera qu’eu es fach, qu’es pas la fin dau Jan dau Melhau, e per mon peron, l’asoate pas per d’abora, que bon, lu Melhau, maugrat tot, qu’es pas un pitit de la cultura.

Lu libre torna prener la fòrma de la conversa, un pauc coma se v’autres eriatz au cuenh dau fuòc d’escotar los savís dau vilatge, o, per ò dire tot emb-d’una, per la velhada.

E vei-los-quí tot dos de parlar, sans jamai tròp desparlar, que lu Baptiste velha a la conducha dau jornau. Aquí un luòc, aquí 1968, aquí daus noms, los Marti, Verdier, Chapduelh, Combi o lu veisin paisan, lu Sergí Marot, sens obludar Delpastre de segur, e, entau fasent traucam lu temps… una vita.

Traucar lu temps, aqueu dau Melhau mas maitot, lu dau Lemosin, emai poguessem pas estre de bana coma Melhau sus tot, i a queraque ‘na fòrma d’analisa sus la situaci’ d’aüei, sus lu chamin pres per i ‘ribar. Manca per plare a mon pitit embonilh, ‘na p’ita critica dau trabalh fach per los « occitanistes » (la grafia, la cultura sabanta contra la cultura populara…), sus lu biais que las gents ò comprengueten, e, mai-que-tot, que ‘vant de los dire fautius d’aver desirar ‘na part de la modernitat oferta per la societat de consomaci’ de las annadas 60, manca de saber d’ente ilhs venián.

Afe, sei pas un especialiste de las ‘nalisas literarias e vòla gràn me lançar dins un desbat. ‘Queu bilhet es estat escrich nonmàs par vos dire de pas cranher la legida d’un tau libre, i a mai-que-mai de que prener, quitament res de gietar.

  • Pichatz ‘queu liam (>òc-fr) per ò trobar e ò ‘chaptar chas la Libraria Occitana dau Lemosin

E din lu pòste

Veiquí un liam per los escotar ne’n parlar :

https://www.ltvlimousin.fr/baptiste-chretien-ecrivain

 

Un commentaire

  1. aredius44 dit :

    Si vous passez par St-Yrieix, Coussac…et Meuzac vous pourrez le rencontrer !

Les commentaires sont fermés.