Una pajina de propaganda

Dins lu pòste

De’n prumier fau anar escotar las parolas sus « lu ‘nivers de la vielhessa », aquò tras lu trabalh d’artistas dins lu mitan d’una meijon especialisada.

Encontre dab Maika Etxekopar au parat de la sortida de residéncia de la pèça de teatre «De Nos Vieux Gure Zaharak». Residéncia de creacion on explorava la companhia lo manejar de marioletas. Bonbon Beltz qu’ei lo nom d’aquesta companhia dont ei la cò-fondatora Maika dab Hélène Jacquelot.

Nòta : estranhament, tot lu temps de l’emissi’, i aviá ‘na p’ita musica sus daus filmes basques qu’aviá desjà vuts. Sabe grand se ‘quò ven d’aquela linga o beleu daus eimatges venguts per l’escota, aquò d’autant mai que coneisse p’un piau ‘queu païs.

Après ‘ver fusinar ma memòria ciber-quasernesca, veiquí los liams per :

80 Jorns – 80 Egunean

Lu chap d’òbra que vos fau ‘nar veire. Emai siguessetz pas de las vielhas damas, emai fuguessetz pas lesbiana, emai, emai, emai… anatz i per la linga perque ‘la a son importança dedins l’istòria.

Ander

Au mai prigond dau país basque, Ander, paisan totjorn pas maridat a 40 ans passat, viu coma sa sòr Arantxa e lur vielha mair dins la ferma de familha.

Haiku

Obludí de parlar de la novela revuda « L’ours dansant — l’ors que dança », ‘na revuda per parlar sus los haikus, ‘la es menada per lu Dominique Chipot.

Veiquí un bocin dau messatge :

J’ai le plaisir de vous envoyer le premier numéro du journal de haïku :  L’ours dansant.

Il est gratuit et également disponible sur le site de l’association pour la promotion du haïku .

N’hésitez pas à participer pour le n°3 (l’appel à textes pour le n°2 est fini).  Vous trouverez les consignes en page 3 du journal.

[…] Et surtout portez-vous bien.

A La quinte : polyphonie féminine occitane

Per una vetz, vau parlar d’un quauquares sens l’aver d’enquera ‘chaptat. Afe, per parlar, vau màs far un copiar-jaspir :

A la Quinte, ce sont cinq voix, (celles des sœurs Auzemery) qui s’accordent pour chanter en occitan du Limousin, accompagnées ici des percussions de Cécile Haudiquet.

Ce premier disque, enregistré dans la nef de l’église d’Angoisse en Dordogne propose une longue balade de seize titres à travers lieux, saisons et saynètes de la vie paysanne et champêtre. Une œuvre aux harmonies subtiles et aux évocations souvent quasi mythologiques.