« Auschwitz es mon manteu » — Ceija Stojka

« Moi
Ceija
je dis
qu’Auschwitz vit
et respire
aujourd’hui encore en moi
je sens aujourd’hui encore
la souffrance
Chaque brin d’herbe chaque fleur là-bas
est l’âme d’un mort »

Veiquí lu darnier de cuberta d’aqueu libreton de poësia « Auschwitz est mon manteau, et autres chant tsiganes ».

L’autritz es nascuda dins l’Autricha de 1933, dins ‘na familha « rom »*. ‘La fuguet desportada mai sa familha e, ela tornet daus camps de concentraci’ : Auschwitz-Birkenau, Ravensbrück e Bergen-Belsen.

Mai de quaranta annadas passadas, la Ceija pensa que lu temps es vengut de parlar, de dire, d’esbolhar lu silencí. Adonc, un trabalh vai eissir, un trabalh sus l’escritura, sus la pintura, sus la memoria. Entau fasent, Ceija deven la prumiera femna rom rescapada daus camps de la mòrt que tesmonha.

Los teistes, pitits, d’aqueu libre an una fòrça granda per dire çò que deguet estre la concentraci’. Aquí ‘na graula, alai ’na femna apres trantolhar, sens bruch, coma de la segre, per segre ela-tot son filh dins la cròsa. Los legir fan pensar, pensar a la vita, pensar au temps, a l’amor, ilhs fan sonjar a la mòrt, ‘na mòrt lenta. I a la mòrt, e dau mesma biais, i a coma ‘na jòia consolatritz.


*sabe pas coma aquò deu s’escriur dins la linga.

Publicités

2 commentaires sur « « Auschwitz es mon manteu » — Ceija Stojka »

  1. Se ditz Rom. Fau legir subretot de Ceija (de pronunciar Tchaïa, cioè filha, mas o mens) los doas autres libres revirats : Nous vivons cachés. Récits d’une Romni à travers le siècle, traduction Sabine Macher, Éditions Isabelle Sauvage, 2018 e tanben Je rêve que je vis, raconte de son temps a Bergen belsen a subreviure sens cap d’aiga e de minjar per tres o quatre meses al mitan dels morts, òc la cal legir, es d’una poesia e d’una precision a te far virar lo cap. Zo qu’es terrible es que se son meses en quatre per corregir son allemand, mas an pas res fache (magrat çò que dison) pel romani, escrich d’un biais vergonhos (parli quitament pas de la causida d’una grafia, quitament pas, mas i a de mots copats al mitan etc. es aital, aital que l’istòria de la discriminacion contunha…

    Aimé par 1 personne

Pòdetz far la linga de palha aquí :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.