Per me planher un còp de mai

E v-òc-es, un bilhet dau ‘vendres per me planer un còp de mai… e per dire que mene ‘na vita que lu dangier es pertot. Entau, veiquí lu second bilhet de la tireta « ‘na vetz de mai, ai subrevescut, d’aici ente, marchatz saber ! » de mon caïer becana, e voudriai per que ‘quò fuguesse lu darnier.

Le vélo en ville n’est pas dangereux, les automobilistes ne respectent personne – 10 janvier 2017. Rue Émile Zola, Orléans, quartier gare. Orléans, devant un lycée, séance d’éducation en plein air à la domination sociale !

via Orléans – rue Émile Zola — Becancaneries

Publicités