Fin de septembre, matin.

Veiquí un bocin de teiste, tornatz iò prener a vòstra mòda e balhatz li ‘na sega…

Fin de septembre, matin.

En sortant du café, parfum de feux de bois mêlé de brume. Coiffant un mur, des feuilles rougissantes et le violet d’une grappe de raisin. Sur un tas de bois, un chat…

– – – – –

Fin de septembre, matin.
En sortant du train, parfum de chien mouillé sur les voies, mêlé aux brumes. Longeant le mur, les tags bruyants d’une poignée de gredins. Sortant du bois, cinq chevrettes…

Après le passage souterrain, après le rail de l’aérotrain, se donne à voir le péri-urbain.
Un Cercottes emmaisonné d’un côté, un Cercottes moissonné de l’autre.
Et sortent du petit bois cinq chevrettes que le chat du premier pavillon observe.
Spectateur de cette scène très XX me siècle, si j’osais, je la téléphographierais.
Une feuille rougissante de la treille du pavillon se détache pour traverser la chaussée. Elle me passe sous le nez, le chat effraie et se rêve un instant un destin autre qu’humus dans le champ.
Fumier de chat, il effraye les biches, la photo est ratée.

Fin septembre, un matin.
Premiers frimas.

_____

_____ °(oLO)°_____

Fin de setembre, mandin.
Tòst surtit dau tren, ‘n’odor de chin molhat sus las vias boiradas de brimas. Rassís un mur, los tagues bramants son lu miralh d’una grapa de chamaus. Apres surtir dau boesc, cinc cervas…

E passat lu sosterranh, passat lu ralh de l’aerò-tren, se montra lu peri-urban.
Un Cercottes emmaisonat d’un costat, un Cercottes metivat de l’autre.
Apres surtir d’un talhadís, cinc cervetas que lu margaud de la prumiera meijon avieisa.
Spectator d’aquesta scèna fòrt XX me sègle, mancariá pas d’alen que la telefografiariá.
‘Na fuelha roja de la trelha de la meijon davala per traucar la rua. ‘La me passa per lu nas, espaurís lu margaud e se songe un momenton aver ‘n’autra destinat que d’estre fumarier dins un prat.
Saloperia de chat, eu fai paur a las bichas, la fotografia es perduda.

Fin de setembre, un mandin. Prumieras jaluçadas.

– – – – –

Publicités