Countre lou grand mogosin 2/2

La sega dau bilhet « Countre lou grand mogosin » dau Faurilhon

 

Di lou viei boutiquou
Lou paubré piti diable
O dou pas de cha nou
Vaï peri misérable
Ne vendro re, resto tout sou…Et quand ribo lou ten
De lo poya, lo traïto,
Un hucher mau plosen
Viaulo quello retraito
D’un paubr’ et honeit’ eïnoucen.

 

Et l’argent eï parti
Di quello grando caïsso
Per ne pu reveni…
Que faït-eu ? O engraïsso
Queu qu’un peuple deurio detrui.

 

Eïtouna-vou, oprei,
Que nôtre coumerçan
N’occupe pas l’oubreï,
L’artisan, lou peïsan,
Quand tout part di quel océan !

 

Mêmo prosperita
Mêmo bouno largesso
Ne pourrian pas tarda
De nous fâ gentillesso
Si nous sobian bien nous eida.

 

Per nautrei, Limousi,
Di nôtro bouno villo
Fosan la pervesi ;
Laissan lo peccotillo
Per lou bozard o per Poris.

 

 

Ne creseï pas, pertant,
Que, fi de lo campagno,
Io saï resta peïsan
Per vous chercha choragno ;
Aïme lo liberta o prumier plan.

 

Di un raïb’, un beu jour,
Vigueï touto lo terro
Chossan sou viei vautour
Causo de touto guerro
Vendr’ et chôta en libre cours.

 

Et queu raïbe si court
Di n’oro rochonada
Vigue reta soun cours
Au soun de lelunjado
D’un sale chovan d’olentour.

 

Et qui mogosi grands
Que soun touto lo causo
Deurian poya d’autant
N’impôt sur chaco chauso
Potento per chaque tolant.

 

Tôu lôu mouyen deurian,
L’argent coumo lo terro,
Furni aux morts de fan
Empeichâ lo misero
A mesuro qu’i soun pu grands.

 

Et moun cœur me faï mau
Quand vesè un paubré diable,
Mau bilia, en socliau.
Esse countribuablè,
Poya l’impôt per qui ‘nimau !

 

Parle de qui richards
Princeï de lo finanço
Qu’ant l’orgi per autar ;
Qui que rouenent lo Franço
Per l’argent, lou grand troquonard

 

Qui que nous rouenent tou
Per poya lour orgio
Que rendent molhurou
Tout’ un peupl’ en furiô
Que vaï muri necessitou.

 

 

Vôta, vôta l’impôt
Qu’un peuplé vous domando.
Prenei ente n’io trop,
Legalisa l’offrando
L’humanita diro bravo.

 

Et lo vou, lou grand jour
De l’eleci seguento
Vendro, di sou omour,
Forto, recouneïssento
Per courounâ soun bienfaitour.

 

 

Faurillou

Dins los vielhs boticons
Lo paubre pitit diable
A dos pas de chas nos
Vai perir miserable
Ne vendrá res, resta tot sòu…E quand ‘riba lo temps
De la paia, la traïta,
Un uchier14 mau plasent
Vola ‘quela retraita
D’un paubr’ e onest einocent.

 

E l’argent es pertit
Dins ‘quela granda caissa
Per ne pus revenir…
Que fai-t-eu ? Ò engraissa
‘Queus qu’un pòple deuriá detruir.

 

Estonatz-vos, apres,
Que nòstre comerçant
N’ocupa pas l’obrier,
L’artisan, lo païsan,
Quand tot part15 dins ‘quel ocean !

 

Mesma prosperitat
Mesma bona largessa
Ne porian pas tardas
De nos far gentilhessa
Se nos sabian ben nos aidar.

 

Per n’autres, Lemosins,
Dins nòstra bona vila
Fasam las perveci’s 16;
Laissam la pacotilha
Per lo basard o per París.

 

 

Ne cresatz18 pas, pertant,
Que, filh de la campanha,
Iò sei restat païsan
Per vos cherchar charonha19 ;
Aime la libertat au prumier plan.

 

Dins un raib’, un beu jorn,
Viguei tota la terra
Chaçant sos vielhs vautors
Causa de tota guerra
Vendre e ‘chaptar en libre cors.

 

E ‘queu raibe si cort
Dins ‘n’òrra rochonada
Viguet ‘restar son cors
Au son de l’eslunhada20
D’un sale chavan d’alentorn.

 

E ‘quilhs magasins grands
Que son tota la causa
Deurian paiar d’autant
‘N impòst sus chasca chausa
Patenta per chacque talant21.

 

Tots los moiens deurian,
L’argent coma la terra,
Furnir aus morts de fam
Empeschar la misera
A mesura qu’ilhs son pus grands.

 

E mon cur me fai mau
Quand vese un paubre diable,
Mau ‘bilhat, en sòclau22.
Esser contribuable,
Paiar l’impòst per ‘quilhs ‘nimaus !

 

Parle d’aquilhs richards
Princes de la finança
Qu’an l’argent23 per autar ;
‘Quilhs que roïnan la França
Per l’argent23, lo grand tracanard.

 

‘Quilhs que nos roïnan tos
Per paiar lur òrgia
Que renden malurós
Tot un pòple en furia
Que vai murir necessitós.

 

 

Votatz, votatz l’impòst
Qu’un pòple vos damanda.
Prenetz ente n’i a tròp,
Legalisatz l’ofranda
L’umanitat dirá bravò.

 

E la votz, lo grand jorn
De l’elecci’ seguanta
Vendra, dins son amor,
Forta, reconeissanta
Per coronar son bienfaitor.

 

 

Faurilhon

Dans les vieilles boutiquettes17.
Le pauvre petit diable
À deux pas de chez nous
Va périr misérable
Ne vendra rien, reste tout seul…Et quand arrive le temps
De la paye, la traite
Un huissier mal plaisant
Vole cette retraite
D’un pauvre et honnête innocent.

 

Et l’argent est partit
Dans cette grande caisse
Pour ne plus revenir…
Que fait-il ? Il engraisse
Ceux qu’un peuple devrait détruire.

 

Étonnez-vous, aprés,
Que notre commerçant
N’occupe pas l’ouvrier,
L’artisan, le paysan,
Quand tout part dans cette océan.

 

Même prospérité
Même bonne largesse
Ne pourraient pas tardées
De nous faire des gentillesses
Si nous savions bien nous aider.

 

Pour nous autres, Limousins,
Dans nôtre bonne ville
Faisos les provisions ;
Laissons la pacotille
Pour le bazar ou pour Paris.

 

 

Ne croyez pas, pourtant,
Que fils de la campagne,
Je suis resté paysan
Pour vous chercher querelle ;
J’aime la liberté au premier plan.

 

Dans un rêve, un beau jour,
Je vis toute la terre
Chassant ses vieux vautours
Cause de toute guerre
Vendre et acheter au libre cours.

 

Et ce rêve si court
Dans une horrible ronchonnade
Vit arrêter son cours
Au son de l’hurlement
D’un sale chat-huant alentour.

 

Et ces grands magasins
Qui sont toute la cause
Devront payer d’autant
Un impôt sur chaque chose
Patente pour chaque « talant » 21.

 

Touts les moyens devraient,
L’argent comme la terre,
Fournir aux morts de faim
Empêcher la misère
À mesure qu’ils sont en plus grand nombre.

 

Et mon cœur me fait mal
Quand je vois un pauvre diable
Mal habillé, en sabot.
Être contribuable,
Payer l’impôt pour ces animaux.

 

Je parle de ces gros riches
Princes de la finance
Qui ont l’argent pour autel ;
Ceux qui ruinent la France
Pour l’argent, le grand traquenard.

 

Ceux qui nous ruinent tous
Pour payer leur orgie
Qui rendent malheureux
Tout un peupleen furie
Qui va mourir indigent.

 

 

Votez, votez l’impôt
Qu’un peuple vous demande.
Prenez où il y a trop,
Légalisez l’offrande
L’humanité dira bravo.

 

E la voix, le grand jour
De l’élection suivante
Viendra, dans son amour,
Forte, reconnaissante
Pour couronner son bienfaiteur.

 

 

Le petit forgeron.

 

14 V’autres atz jà vuts un uissier plasent ?

15 Iò sabe, « l’argent es pertit » e « tot part dins l’ocean », es fach a l’espres per veire se v’autres seguissetz.

16 = las provicions { prouvisi’ }

17 (occ) botica {boutiquo} = (fra) boutique, la langue occitane utilise sans problème un diminutif quand la langue françoise a perdu cette souplesse, (occ) boticon {boutiquou} = (fra) petite boutique, soit une boutiquette, et tant pis pour les peine-à-jouirs de la langue.

18 ai tornat quilhar l’imperatiu negatiu.

19 Dins lu Dhéralde : « charougno » « chorougno » : charogne, bête morte, que l’on n’a pas eu le soin d’enfouir. Lu Tintou balha se : « charogne » → carna.

20 eslunhada : prene un pauc de libertat per gardar l’eisprissivitat.

21 sei pas segur de la transcripci’. Un pes de 25kg.

22 me pense que qu’es la contracci’ de « sòc »{soc} e « clau »{ kyo} : sabot fermé.

23 Lu metau e la moneda son pas de prononçar de la mesma mòda, sauv error de ma part, ma mair parla entau (de verifiar l’estiu), sabe pas se qu’es parrier dins l’occitanistan.

 

Publicités

2 réflexions sur “Countre lou grand mogosin 2/2

  1. tavan 01/07/2014 / 16:06

    Bona iniciativa, qu’aqueste tèxte es plasent e se merita plan la revirada !
    Joan Pèire

    J'aime

    • janpeire 01/07/2014 / 20:41

      Marces, me songe a la rintrada iò far una vetz la mesada, sus daus teistes dau Foucaud, beleu dau Richard, o b’etot d’autres…

      J'aime

Les commentaires sont fermés.