Countre lou grand mogosin 1/2

« Countre lou grand mogosin » dau Faurillou, es un teiste de la bibliotèca numerisairitz dau Lemosin. Me songe que la biblioteca es realisada de mur, ‘laidonc ‘la es pas numerica, ‘la es solida, e, coma ‘la es pas facha de 0 e de 1, ‘la es pas numerisada ; numerisaire e numerisaira~sairitz son los mòts que nos faudriá usar dins ‘queu cas, afe, iò pense, e se los francofònes an pas de que farjar daus mòts entau, an màs parlar lemosin.

Rapelatz v’autres que eu es estat escrich a la desbuta dau sègle passat, que la modernitat ‘ribava mai lu tren que s’etot ‘ribava de París ; la modernitat, mai la mòda e las eideias, coma l’antisemitisme0 que podem trobar mai d’una vetz dins los libres d’aqueu temps, pense aquí au Batistou.

 

Countre lôu1 grand mogosin

Io seï di no coulero,
Ne m’en possede pas
Dé veïré lo miséro
S’eïtocha, s’engrova
Di nôtre peuplé de liberta.

Un ne faï re dau tout !
Quand vese lou coumerce
Suffri, langui pertout
Per tant bien qu’un l’exerce,
Vou faut borra lou boutiquou.

A-vou besoin, fodard,
De cauco monivello,
De bilia, per hosard,
De cauco bogotello,
Coureï, coureï vit’ au bozard !

Per beüre, per minjâ,
Per gronier, per cousino,
Per cova, per chambrâ,
Per toupi, per no tino,
Per juga, per cura lou bournâ,

Per se chaussâ, peïchâ
Ou per nâ o lo chasso,
Per chantâ, per dansâ.
No viello, no besaço,
Pinturo, couado, cadenâ.

Vouleï-vous n’eïmiraï,
Un fauteur, uno sello,
Sur un chopeu un jaï
Per vôtro demoueisello,
No gerlo, ob’ un quite bolaï ?

Per possa, cauque fer ;
Per choffa, cauco grillo ;
Carto de l’Univers
Et millo peccatillo,
Boun marcha ! ! Rè ly ei cher !

Pertant, n’io toun omi
Que vend lo meïmo chauso.
N’io mêmo toun vesi
Que, cha te souvent causo.
Perqué ne preneï-tu pas qui ?

Quand i te serviran,
Co sirio de counfianço,
Tou lou objet vendrian
Dé nôtro bello Franço ;
D’aillours, lou teü n’en jovirian.

– Eïnoucen, diretz-vous ;
Nou ! Co n’eï par lo modo
De se furni cha nou.
Vous seï no vieillo brôdo,
Boun’ o minja dau goletou !

Quante nous couneïssen
Lo Bello Jardinièro,
Boun Marcha et Printemps,
Et Grando Meinogero,
N’io ma Poris per tou besoin.

Vous n’en noummè pas maï
De quello raço juïvo ;
Un en veü lou trobaï
Que nous prend et captivo
So qu’eï de tro quand n’io pas maï.

Lo prend tout notr’ argent
Di so banqu’ infernalo
Et depouillo lo gent
Que quo n’en faï ma ballo
Quant’ a tort i l’y s’odressen.

Contre los grands magasins

Iò sei dins ‘na colera,
Ne me’n possede2 pas
De veire la misera
S’estachar, s’engravar
Dins nòstre pòple de libertat.

Òm3 ne fai res dau tot !
Quand vese lo commerce
Sufrir, languir pertot
Per tant ben qu’òm l’exerça,
Vos fau barrar lo boticon.

Atz-vos besonh, fadard4,
De quauqua manivela,
De bilhard, per asard,
De quauqua bagatela,
Corretz, corretz vit’au basard !

Per beure, per minjar,
Per lu granier, per la cosina,
Per cavar, per chambrar5,
Per un topin, per ‘na tina,
Per jugar, per curar los bornats.

Per se chaussar, peschar
O per ‘nar a la chaça,
Per chantar, per dançar.
‘Na viela, ‘na besaça,
Pintura, coada, cadenàs.

Voletz-vos n’esmiralh,
Un fautuelh, una sela,
Sus un chapeu un jai
Per vòstra domaisela,
‘Na gerla, o b’un quite balag ?

Per passar, quauque fer
Per chaufar, quauqua grilha ;
Carta de l’Univers
E mila pecadilha,
Bon marchat ! ! Res li es char !

Pertant, n’i a ton amic
Que vend la mesma chausa.
N’i a mesma ton veisin
Que, chas te sovent causa.
Perque ne prenes-tu pas ‘quí ?

Quand ilhs te servirán,
Quò siriá de confiança,
Tots los objects vendrián
De nòstra bela França ;
D’alhors, los teus ne’n jauvirián.

– Einocent, diretz-vos ;
Non ! Quò n’es pas la mòda
De se furnir chas nos.
Vos setz ‘na vielha bròda8,
Bon’ a minjar daus galetons ! 9

Quante10 nos coneissem
La Bela Jardiniera,
Bon Merchat e Printemps,
E Granda Meinatgieira,
N’i a París per tos besonhs.

Vos ne’n nomatz pas mai
D’aquela « raça juiva » ;
Òm ne’n veu11 lo trabalh
Que nos pren e captiva
Çò qu’es de tròp quand n’i a pas mai.

‘La pren tot nòstr’argent
Dins sa banc’infernala
E despolha la gent
Que ‘quò ne’n fai ma bala12
Quant’a tòrt ilhs li s’i adreissan13.

Contre les grands magasins

Je suis en colère,
Je suis hors de moi
De voir la misère
S’attacher, s’aggraver
Dans notre peuple de liberté.

On n’en fait rien du tout !
Quand je vois le commerce
Souffrir, se languir partout
Pour aussi bien qu’on l’exerce
Il vous faut fermer boutique.

Avetz-vous besoin, embarrassé,
D’une manivelle,
D’un gros bâton, par hazard,
De quelques bagatelles,
Courrez, courrez vite au bazard !

Pour boire, pour manger,
Pour le grenier, la cuisine,
Pour creuser, travailler le chanvre,
Pour une marmite, une cuve,
Pour jouer, pour curer les ruches.

Pour se chausser, pêcher
ou pour aller à la chasse,
Pour chanter, pour danser
Une vièle, une besace
Peinture, couade6, cadenas.

Voulez-vous un miroir,
Un fauteuil, une chaise7,
Sur un chapeau, un geai
Pour votre demoiselle,
Une cruche, o un quitte balai ?

Pour repasser, quelque fer
Pour chauffer, quelque grille ;
Carte de l’Univers
Et mille peccadille,
Bon marché ! ! Rien n’y est chèr !

Pourtant, il y a ton ami
Qui vend la même chause.
Il y a même ton voisin
Qui, chez toi souvent cause.
Pourquoi ne prends-tu pas ici ?

Quand ils te serviront,
Cela sera en confiance,
Touts les objets viendront
De nôtre belle France ;
De plus, les tiens s’en rejouiront.

– Innocent, direz-vous ;
Non ! Ce n’est pas la mode
De se fournir chez nous.
Vous êtes un vieil imbécile,
Bon pour manger les galetous !9

Quand nous connaissons
La Belle Jardinière,
Bon Marché et Printemps,
Et Grande Ménagère,
Il y a Paris pour tes besoins.

Vous n’en nommez pas plus
De cette « race juive » ;
On n’en voit le travail
Qui nous prend et garde
Ce qui est de trop quand il n’y en a pas assez.

Elle prend tout notre argent
Dans sa banque infernale
Et dépouille les gents
Ce qui en fait ma charge d’avoine
Quand a tord ils s’y adressent.

Faurillou

(de segre – à suivre)

0 metre de bana « jusieu ~ judieu » e « argent, moneda » es antisemite. L’antisemitisme es un punt que degun pòt defendre, emai lu Dhéralde balhesse : « juife – vo » : juif, usurier. De segur istoricament l’usura eriá l’utilitat que lurs eriá daissada dins la ciutat, e es d’ente ven lu prejutjat « judieu = moneda », dins lu teiste, tant prener l’interpretaci’ la pus meschaënta per la denonçar.
Tant coma lu machisme que se tròba un pauc pertot dins lu teiste.

1 prene aquí la libertat de creire que lu chapeu eriá pas estat marquat sus la granda letra dau titre, aviesatz lu document numerisat. Adonc un plurau emai i aguesse pas la « s » aus mòts seguiants.

2 possedar : ai gardat lu « o {ou} » per far aisat.

Dins lu Dhéralde : « possedā (se) » « poussedā (se) » : se posséder, être de sang-froid, maître de soi. Eisemple : ō se poussedo pā de joïo → ò se posseda pas de jòia : il est content.

Dins lu Gonfroy : « possedir » : posséder, se posséder.

3 Òm : ai aimat mielhs un normalisme per ‘na vetz. Dins lu Gonfroy : « Òm » {òn, ün}, : on.

4 fadard. Tirat dau verbe « fadar » : enchanter, ensorceler, folâtrer. De pas prener per « fadart~a » : très fade.

5 chambrar. Tirat dau substantiu « chambe ». Dins lu Gonfroy : « chambe » : chanvre, syn « charbe ». Lu Tintou balha se dins lu sens français-lemosin : « chanvre » (n.m.) : cherbe (fem), charbe, chamble (bas Lim), chambra (bas. Lim.). Lu Faury balha se : « charbe (la ) » : chanvre (lat. Cannabis / cf. chennevis → chervis)

6 couade : c’est une sorte de casserole en bois, en inox, il s’en est même fabriquée en plastique, avec une queue creuse située dans la partie inférieure. La couade remplie et posée sur le bord d’un puits par exemple permettait d’avoir un filet d’eau pour se laver les mains, elle permettait également de boire.

7 una sela : sem pas dins un canton ente la gent qu’an daus chavaus son nombrós, dins ‘queu temps.

8 « bròda » o beleu « brauda ». Dins lu Dhéralde : « brōdo » adj. Fem. : personne capable de rien, nulle. Eisemple : quei no brōdo → qu’es ‘na bròda : c’est un imbécile.

Eu balhe maitot « brodo » sust. Fem. : rosse : mauvais cheval. Se dit aussi d’un homme lâche.

9 e me que teniá los galetons per un plat de festa, sei ‘na bròda 😉

Pour les francofones, pardon, les phrancophones, heu, les francophones, les galetous sont des crêpes épaisses faites avec du blé noir.

10 un còp « quand », ‘na vetz « quante », lu tipe sembla tant de granda precisi’ que me. O es beleu de tròp jaspir a la linga francesa.

11 3ema persona dau singulier, present de l’indicatif dau verbe « veire » : vese~vesi | veses | vei~veu || vesem | vesetz | vesen.

12 bala. Sei pas segur de la virada. ‘Quò sembla bon dins lu sens generau.

13 Aquí maitot, sei pas segur de la dobla formulaci’ de la conjoncci’ de luòc.

Publicités