Marda

Veiquí, sei luenh de tot 3 jorns de temps e i a de la gent per surtir de terra daus bilhets vielhs coma Burgou. Mai-me-tot, seriá un pauc pus plasent.

Afè, dise marda mas marce seriá queraque pus gente (i a un mòt sabant per aquò, ‘quela mòda de dire lu contrarí de çò que l’om pensa sens chucar* lu monde en faça de se, qu’es mesma una specialitat lemosina) :

Il y a les mots, d’abord. « Lo sol poder es que de dire ». Un poète occitan a écrit ça, dans les années 50, Robert Lafont. Il y a la négation de ce que l’on est, l’invisibilité entretenue, parfois par soi-même, parce qu’on ne sait comment vivre autrement. Il y a aussi les actes militants, parfois peu visibles, et la transmission nécessaire. Comment ne pas faire un lien entre la situation d’une langue en danger selon l’UNESCO et le slogan d’Act Up « Silence=mort » ? Parler occitan, c’est assumer une langue et la place sociale particulière de cette langue, même si on peut rencontrer aujourd’hui des espaces de normalisation, des endroits où c’est courant de s’exprimer en occitan, quelques cafés, des cercles d’amis que l’on s’est constitués, des associations, des sites internet… ça vous rappelle rien ?

Picatz arsus (>fr) per legir la sega. Quante vos dise que Minoritats son de la gent bons…

★★★
* « chucar » es de prener dins son sens lemosin.

Publicités