Aguetes « A », pas mai.

Qu’es la nòta que me balhet lu goiat daus du bar dau bas de la rua.

 « Aguetes « A » »
« Pas mai ? »°
« Aguetes « A » perque te trompetes dins una fracci’ »
« ‘Ten te, fase tos devers e tu fas de las errors, crides me pas dessus »
« Mas lu mestre nos diguet coma te sus las doas fautas »

Pensatz, aura que tot passa per daus policopiats per pas dire que tot es pre-cronhat per pas eissublar los goiats, ‘na fauta copiada-jaspida d’ente sabem iò se troba policopiada ela tot.

Ne’n faguí la remarca a los dau bar, se disseten la mesma chausa emai se pensessen qu’eriá mens conservator.

Eispliquí que coma i aviá pas de maternela dins lu vilatge, ‘guí la chaënça d’aprener a legir e a escrire tòst, e que ne’n mesura tot los jorns lu benaise. Comprene be que fau de las reformas, educar per lu plaser… la resulta es ‘quí, un goiat dau CM2, pas colhon, minhard, mas per la cultura « generala », l’istòria, la geografia, las scienças, fau pas charchar luenh, eu legís màs ‘quò que i a de legir, mesma quante trabalheten sus Tintin.

« Perque tu començas per la prumiera paja, n’autres devem legir de la 15 a la 20 ».

E es parrier dins mant domení, per manta persona. De segur i a l’environament, la familha, mas la metoda per aprener i fai beleu be quauquares maitot. Bon, n’autres ‘nam pas estar dins la tireta « puta-vierja-eu-viret-vielh-colhon-‘vant-l’ora », ‘vançam.

« Torna me dire las fautas dins los policopiats »
« Fotocopiats, son de las fuelhas fotocopiadas. ‘Gaita ‘quí : « Il ya des jours où toust va mal » e « c’est l’école queoù mes copains vont » »

sus la mesma fuelha.

Pertant, sei pas lu melhor per las trobar las fautas. L’ortografa fuguet totjorn la matiera que me’n faguet minjar negre lu bocin. La gramarí, non, las mates, las scienças, pas mai, mas l’ortografa es jamai estada cepta per me.

« E ente ‘quò m’engaulhí »
« Aquí, sus 23/8, ‘quò se plaça aquí e non pas alai »
« E la marca aquí, luquau la faguet ? Te trompetet pas per tornar copiar beleu ! »
« Es passat aura. Fai me recitar ma poësia. »
« I a pas ton pair, ta mair o ta sor per ‘quò »
« Non, fai-z-ò te ! E ‘gaita mon dessenh per eimatjar lu poëma de las crespas »
« Perque tu fites pas ‘na padela a reactor pausada sus un volvan, mai-que-mai poderosa per poder far vironar las meitat-crespas meitat-cometas dau teste »
« Mas, aquò eissista pas las padelas a reactor »
« E dins tos manga, i a jamai de margaud-robòt, de fusilh-laser… »
« Dins los manga es possible, pas a l’escòla »
« Entau dich… E se n’autres metiam 3 uòus d’autrucha per las far ‘quelas crespas cometas… »
« Maman, eu me ditz n’importa que sus ma poësia »

« ‘Netz pas nos lu traumatisar »

« Sabetz, fase grán mestier per aquò, manca de legir la fuelha de corecci’ dau mestre sus la legida : « …ensemble, ils vont aller photographier des animaux avec des pirogues… »

faça ad un tau mestre, pòde pas menar la batalha.

_____

Apres, i a de la gent per vos eisplicar que lu tren augmentet pas de 3% a la desbuta de genier. De segur, lu tren frutget pas, es lu pretz dau bilhet, mas, mas, mas, per mamesar un pauc :

Le billet avant augmentation, avec une TVA de 7%, était de 26,70 TTC soit 24,953272 HT.
Si à ce HT je passe la TVA à 10%, cela fait un billet à 27,45 et non pas 27,50 TTC comme actuellement.

Certes la différence n’est que de 0,05 centimes, cependant, je constate que si l’on ajoute 3% à l’ancien prix TTC : 26,70 + 3% = 27,50 €.

L’augmentation semble bien de 3% et non pas 2,80% et elle semble avoir été faite à partir du TTC en non pas du HT. L’art de se faire avoir, avec la SNCF, c’est possible.

Edit : la partie décimale d’un billet de train est toujours divisible par 10.

Edit bis : certes, mais pourquoi ne pas avoir mis le billet à 27,40 €.

_____

° i a la possibilitat d’aver « A+ » e « A++ » coma per lu sistemí de la finança.

Publicités