Bernard Charbonneau – Tristes campagnes

Un pays vient de mourir, parmi tant d’autres : le mien. On peut l’appeler Béarn, Pays basque ou Landes, il n’est plus rien d’autre qu’un casier administratif : le Sud-Ouest, où l’on range les hommes et les choses comme partout ailleurs. Mais comme ma patrie vient de périr et que nul ne s’en soucie, son cadavre reste là sous le soleil ; il tourne à la charogne et il pue. C’est le progrès, qui n’est jusqu’ici que décomposition : chaos de pavillons, d’immeubles, de ferrailles et de détritus. Et à travers l’informe et l’innommable, la banlieue – parfois la Zone –, s’écoule la diarrhée d’asphalte que répand la bagnole avant d’aller crever contre un poteau ou dans un pré. Les fermes abandonnées s’écaillent ou s’écroulent, quand elles ne se fardent pas pour plaire à un bourgeois…

Veiquí un bocin de l’avant-dire dau libre, escrich ne’n frances, publiat ne’n 1973, mas d’una realitat viva mai-que-mai d’enquera aüei.

Lu libre es bastit ne’n 3 chapitres « ‘Quò qu’es estat », « ‘Quò qu’es », « ‘Quò que vai ‘ribar ».

La prumiera pertida es ‘n’analisa comparativa dintra la societat dau Bearn e la dau païs Basque, analisa sociologica bona, beleu per l’epoca, mas ‘la balha res de noveu au jorn d’aüei, e lu lirisme de quauquas formulaci’s fai pas obludar que darrier lu païs passat sos la lopa, i a de la gent, ‘na cultura estranhament absents.

La seconda es ‘n’ataca contra l’industrialisaci’ per l’industrialisaci’, per lu progres apres ‘ribar. Mesma 40 ans apres la charja es d’actualitat, manca de chamjar Lacq per Notre-Dame-des-Landes*.

La tresesma parlava d’un futur que se poriá, es de dire per l’epoca, las annadas 2000 o 2020, tant dire qu’i sem. E aquí, lu Charbonneau es mai que bon, eu viguet luenh, jurte ; i sem e es ‘na erpausici’ de la vita d’aüei que nos es balhada. ‘Na fòrma de cronica daus temps presents. Eu iò ditz d’un biais umoristic, mas l’espandatge toristalhò-economic es ‘quí, los borriers d’empertot son ‘quí, la monocultura maitot… tot, es un futur realisat..

Un libre de bon legir, tant iò dire còp sec.

Tant iò dire maitot, la linga d’òc-gascon-occitan-bearnes es qua’iment absenta dau libre, emai ‘la fuguesse presenta sos la fòrma « francitana ». Deu i aver mens de 10 mòts de bearnes. Me songe que ‘quò ven, non pas que lu tipe mesprissava ‘questa linga, sens grán ò voler, relegada ad un « patòes », ‘quò ven que lu pense pas eimatginar que la linga podesse tot dire, mesma de la sociologia. ‘Tenci’, es ‘n’impressi’ a la legida, m’entraupe beleu, mas sabem qu’un patòes pòt pas tot far, i a qu’a escotar un starcadamician que son nom es desja obludat. La linga es pas ‘quí, un pauc coma la gent son pas ‘quí. ‘Quò manhará pas los francès, beleu, beleu be.

I a ‘na p’ita analisa daus movaments regionalistes, tant Felibritge qu’occitaniste, e lu Charbonneau ne sembla pas i creire, mesma pas 3 pajas.

Le Bearn au musée. Dans nos sociétés industrielles la destruction des pays va de pair avec la mode du folklore ; et les régimes totalitaires qui pratiquent le plus férocement le génocide sont les premiers à conserver le chant ou les danses populaires.

Mas un pauc pus luenh, i a coma ‘na fòrma de reducci’ « ad Hitlerum » dau nacionalisme dins los pitits païs.

Pertant, avant, i aguet coma ‘na lumiera dins l’analisa :

Au siècle dernier les premiers signes de la décomposition du paysage furent l’oeuvre de l’Église ; elle avait malheureusement des crédits et en a profité pour bâtir des églises dans le style moderne de l’époque, c’est-à-dire en faux gothique : la Francie parachevait sa victoire sur l’Occitanie romane.

D’enquera una vetz, lu libre data de 1973.

Un libre que la legida n’en es agradiva, perque ben escrich dins ‘na linga que balha enveia de descrubrir ‘queu païs. Eu parla dau Bearn coma jamai, un vertadier chant d’amor.

  • Francophones, vous pouvez lire ce billet adapté à votre idiome en cliquant ici  (>fr)
  • De far ‘chaptar per la biblioteca municipala, de ‘chaptar chas lu libraí o sus lu site de l’esditor (>fr)

_____

* o d’autres, las elecci’s son per einan.

Publicités