« L » per Pierre Lamalattie « 121 curriculum vitæ pour un tombeau »

‘Tenci’, rire pòt vos far vos ‘trapar los budeus. Segur, a prumiera vuda lu libre sembla escrit d’un punt de vuda de parisien, e, es veraiament un libre parisien. Segur lu tipe es estat persentat per los de « la masqueta e la pluma » coma un amic dau Houellebecq, tant dire lu diable per lu nanocròsme daus jornalistes de gaucha. Segur lu titre es pas joiós-joiós e pertant, tòrne iò dire, rire es bon per la santat.

Perdequè ne’n parlar aüei, dins lu AZ boiradís d’òc ? Au ! ‘Na partida dau libre se passa a Corresa-Corresa * ! V-òc-es, e taspuscre aquí queu bocin dau libre.

Ad-un momint, i a un maridatge chas daus bòbòs de drecha :

[…] À 37 ans, Fred était ingénieur commercial chez Pedilux, une grosse PME aux ambitions mondiales. C’était un type méritant et fier de l’être. Il avait une multitude de copains et il tenait absolument à ce que son mariage fût un gros mariage, un énorme mariage, avec beaucoup de participants. C’est probablement l’unique raison pour laquelle Claire et moi avions été invités, en dépit de nos liens très ténus avec les futurs époux. Frédéric préférait qu’on l’appelle Fred, selon l’usage anglo-saxon des diminutifs en une seule syllabe. Quelques-uns avaient essayé Frédo, mais ça lui paraissait trop long et, surtout, trop provincial. Fred lui convenait bien. C’était opérationnel, moderne, international et « managérial ». Pour Geneviève, il a eu beau chercher, il n’a pas trouvé de contraction convaincante en une seul syllabe, c’est pourquoi elle a dû se contenter d’être appelée Gigi.

[…] Polonais par son père et Portugais par sa mère, Fred tenait avant tout à revendiquer une identité celtique. En effet, il avait vécu son enfance à Vannes. Petit et brun, il était très musclé et extrêmement poilu. Pour son mariage, il avait hésité, puis s’était convaincu que le mieux serait une « destination authentique ». C’est pourquoi son choix s’était porté sur la Dordogne.

[…] Ce n’était donc pas un mariage au sens traditionnel, mais un mariage participatif.

Notre première tâche a été de décharger la voiture de Fred ainsi que celle de son témoin et aide de camp, Dédé. Fred veillait à ce qu’aucune éraflure n’altère l’éclat de son 4×4 noir.

[…] Arriver à s’intégrer à un groupe humain était, pour lui, le point-clé de tout projet éducatif. En fin de compte, Fred était prêt à se donner un mal de chien pour aider chacun d’entre nous à devenir un type comme lui. C’était, au fond, un optimiste.

[…] Fred était hostile aux mariages religieux. De formation résolument scientifique, il se faisait un devoir de faire barrage à toute manifestation d’obscurantisme. Gigi a donc dû se contenter d’un mariage civil. Fred, soucieux de ce que le programme de la journée soit émaillé d’animations, a exigé que le maire de Saint-Paul-l’Ermitage s’exprime en patois occitan. Cependant, la mairie étant très petite, seuls la famille proche et les témoins ont pu pénétrer à l’intérieur. Je suis donc resté à l’extérieur.

[…] Tout à coup, on a entendu des chants en provenance de l’intérieur de la mairie. L’échange des consentements avait sans doute eu lieu. Il s’agissait de chants traditionnels basques, m’a soufflé Anne-Marie. Pourquoi basques ? Peu-importe ! À la sortie de la mairie, on a jeté sur les mariés du riz issu du commerce équitable. Puis des camarades de promo leur ont fait une haie d’honneur, effectuant un salut à la romaine en tendant des calculettes.

[…]

Lu libre conta l’istòria dobla dau tipe, l’una, es la virada daus cincanta ans, l’autra, lu montatge de son erpausici’, los 121 tableus son acompanhats d’un curriculum vitæ**, textonets de persentaci’ clarsemnats dins lu libre.

En défòra de ‘quò, i a los punts de vuda de quauqu’un que pren gaire pus las espinas per las flors. Lu pus pitit besilh de la vita dau jorn au jorn i passa.

Finalament, coneisse pas mai ma vita que la machina per lavar coneis sas pelhas.

Schopenhauer gaita la vita coma la digestion chas las vachas : lu prumier temps es ‘queu de l’amonlonadís, lu segond, ‘queu de la ruminaci’.

[daus impressionistes] Inventeten la pintura « genta ». Clemenceau, aviá mants einuegs, ‘nava far la visita chas son amic Monet, a Giverny. Aquò li fasiá dau ben, au mitan de la boscharia de 14-18, d’encontrar un òme, au mens un, que pensava ad-una sòla chausa : pinturar de las p’itas flors. Es aquò un artiste.

L’ecologia vei-ne’n-quí un [sugier moralisator]. Los moralisators s’i crochetan coma las molas a la rocha. Es pas la fauta au rochier, mas, se vei nonmàs las molas.

[una anciana amija] De que que tu fas aura ? [lu tipe] Dau gràs !

Me fau ‘chabar ‘queu bilhet. Espere que v’autres legiretz lu libre. Sens obludar que dins lu parlar de la mair, dins la linga francèsa, i a ‘na lemosina cachada darrier.

* sens « z », si’us platz.
** un tombeu, dins la musica de l’occident, un tombeu es ‘na faiçon de far de la musica, dins la periòda barròca màs maitot au sègle XX. Ritme lent, meditatiu mesma, quauquas fantasias son per lu descrire.

Publicités