Logorama®

Un cort-metratge d’animacion que remportet un Oscar ne’n 2010, sem aüròs per ilhs. Lu presente `quí dins ma seleccion daus filmonets per `na serada descreissanta, los autres `ribarán dins la setmana entranta.

logorama_premsa.jpg

Deve ben dire que la prumièra vetz que lu viguí, sabiá pas de tròp de que ne’n pensar, pensatz : 3000 logòs que botjan dins `n’istòria « made in Hollywood® » !

Quauques gents alentorn de me rigolavan d’aver reconegut tau o tau logò, de veire `n’animacion fòrça colorada, me sonjave pertant aver vut un pamflet contra las marcas que prenen mai-que-mai de plaça dins nòstra vida de tot los jorns. Eriá tot sol mai mon eivís sus Ronald® que se pren `na clida Weight-Watcher®, o b’etot sus la fin e `quela marèia negra, vertadier armagedon dau monde arocanisat de las marcas. Sens obludar los pitits « obey » que podem veire doas-très vetz.

Aprep i a la construccion dau Logorama® : quante `visam `na taula, `visam lu logò Formica®, quante `visam lu sòl, `visam Gerflor®, quante `visam `na teulada, `visam la marca associada un pauc coma la gent que minjan dau Nuttela® e non pas de la pasta per tartinar (son diabèta mai son colesteròl) o que se serven de Kleenex® au luòc d’un mochador… `Na granda partida dau film es bastida entau sus un biais de nommar la chausa per la soá marca la mai espandida, quauquavetz sus daus destornaments.

Quante sabem que los logòs son mai protejats per lu dreit internacionau que los dreits de la persona o la libertat d’espression, la gent dau grop H5® prengueten un risc.

L’Oscar devriá acialar un pauc lu risc d’aver un procès. De la mesma faiçon, son daus merchands de propaganda ilhs-tot, laidonc se pausa la question de la distanciacion critica envèrs lu gatge criticat, daus merchands que ferián `na critica « objectiva » de las merchandias vendudas.

Me pense qu’una morala de l’istòria pòt estre de nos balhar un utilh per pas nos far nos tustar contra los efeits de la nòstra propria inconsequença.

Sus la tiala

  • Podetz trobar `quí la version anglesa dau film, los perpaus tenguts daus policiers per eisemple, son desparriers. Sabe pas perquè las reviradas ne’n francés son tant tònias mantas vetz.

  • « Coma la França devenguet òrra » un bilhet de legir sus Teleramà®

    Le pavillon, un choix ?

    Sur la carte du Comité du tourisme de la Haute-Vienne, les villages dessinés ressemblent tous à celui de l’affiche du candidat Mitterrand en 1981. Et en vrai ? Au sud-ouest de Limoges, au-delà de la zone commerciale, Boisseuil s’est couvert de lotissements. L’un d’eux se termine. Des dizaines de pavillons bas, parfois pas loin du cabanon amélioré. Il est loin « l’éco-quartier », dernière marotte de nos élus. C’est la France qui se lève tôt, qui fait des heures sup, mais n’a pas de quoi s’offrir plus. A 5 kilomètres de là, à Pierre-Buffière, vieux bourg de 1 200 habitants, on tombe sur 21 parcelles, au bord des champs. Anne, « nounou », et son mari, fonctionnaire, sont venus « pour la qualité de vie ». De toute façon, « Limoges, c’était bien trop cher ». Bien sûr, « 80 % des gens qui habitent ici travaillent à Limoges. Il faut tout faire en voiture ». Même son de cloche à Eybouleuf, 400 habitants à peine, à 16 kilomètres au nord. Le manque d’argent, toujours… « Avec la crise, les gens sont mutés et obligés de revendre », dit Louis, ancien routier. « Construire, c’est meilleur marché que de louer », explique quand même Fernand, retraité des abattoirs, qui a eu sa maison dès 1982. Depuis, combien ont poussé autour ? « Une, deux… neuf ! » Et d’autres plus loin. Tous les commerces ont coulé. « Les campagnes, maintenant, c’est des dortoirs. Mais les gens y sont plus heureux qu’en ville. » X.J.

  • Ne’n mai d’aquò, a la surtida de la scèança, `n’amija me parlet d’un film, Idiocracy, lu legissí maitot sus la tiala. Es un film que se passa dins un futur ente la gent `bilhats màs de marca son de las babòias, benleu `na fòrma pus manhada que los colhons que fan dau spòrt, marchatz saber !

Publicités