D’aici a Tahiti

L’autre jorn au merchat, rencontri un coble d’amics :

-Am parlats de te a Tahiti !
-Atz ren de mai a far ! E perdequé far ‘nar a Tahiti ?
-Quo es pas tan de te mas de Sent Junian, e subretot de l’accent.
-Ààààààààààààààààà !
-‘Ten te ‘na minuta.

Angueten a

[] un seminari
[] una setmana de vacanças
[] usar dau lur quotat CO per las 10 annadas que venen

Sos lo solelh de Tahiti, lo tot organisat per la boita.

Me conteten las plajas, lo solelh, la gent e… e l’encontra d’un autre coble que l’òme e la femna venian de Sent Junian. Luc me diguet que dès la ‘ribada a l’ostèl, d’auvir lo tipe parlat lu faguet pensar a « mon accent » ; emai lo mesma Luc sapcha qu’ai trabalhat per lo perdre dins ‘n’autra partida de ma vita, queu accent que deforma la maissa, eu sembla aver gardat memòria que parle pas tant ben que quò lu francès.

Dès lendeman midi, veiquí mon Luc de damandar au tipe se veniá pas de St Junian.

– Òc-segur, mas coma avetz devinat ? Queu genre de question es dangeròsa, mon accent es pas un daus mai tipica.
– Avezt lo mesme biais de dire « ézemplé »« cèt’-an-née »« rin-que » qu’un tipe de St Junian que n’autres coneissem a Orleans. Mas segur, auriatz pogut esser d’un autre endrech…
– Pensava pas aver gardat « un accent ». Vivem au Texas despuei 10 ans.
– Fau crere que l’accent es restat ‘quí.

E veiquí coma la chausa la mai importanta d’un viatge a Tahiti pòt esser la polucion o los seminaris paiats per los ‘chaptors dins de las gròssas boitas l’accent de St Junian d’un tipe e ‘na tipessa que son au Texas desempui 10 ans.

Ai ‘chabat per dire que per voler escotar « l’accent de St Junian » lurs fau solament ‘nar visitar ‘quela partida dau Lemosin e de las Charantas, pas mestier d’anar d’aici a Tahiti.

Quite a escrire un bilhet a l’entorn de mon embonilh « accentuat » pòde dire maitot que l’autre ser, ‘na goiata, m’as fach la remarca que a Orleans « en què’que part » sonava « coma quand la soá bela-mair qu’es de Lemòtges parla ». Bon, ai trobat queu lian sus los accents e quo es tot per auèi, me fau tornar botar d’aplomb las autras fonccions dau pece.

[…]Langues – L’accent limousin
Il reste que les Limousins ont gardé une certaine façon de s’exprimer. Ils prononcent certaines syllabes de façon très particulière : ainsi ils ne différencient pas un « é » d’un « ai » et se servent des doubles consonnes précédées d’une voyelle, ainsi « année » prononcée normalement « a-nnée » devient « an-née ». Autres situations, les « e » intermédiaires sont conservés, ainsi « mann(e)quin » ou « méd(e)cin » sont en prononcés en limousin « ma-nne-quin » et « mé-de-cin ».[…]

~~o(-!-)o~~
accent.jpg
Veire maitot sus la pòrta d’òc
Publicités