Ta maire se sona Bashō ?

Lo chatTa maire se sona Bashō ?

Una pita nhòrla e una sovenança en passant.

Auei, ai mandat a quauqu’un de botar defòra las fautas de françés dins una coleccion d’aicós. N’i en a, tanbem en òccitan. Mas vòle parlar de l’idèia. Vaiquí un aicó d’aqueu estiu :

La pluèia frescha
-lo chat rintra e marcha –
flors aigadas, leu.

L’ai revirat coma quò :

La pluie d’averse
– le chat entre et marche –
fleurs d’eau sur le sol.

Bon, aviá escrich pluie emb un « s » mas quó ‘riba de la vetz quand los dets son tròp gròs 🙂
De ser, lo me ditz :
«Les textes que tu m’as envoyés ne sont pas tous égaux… tu vois j’aime bien l’image de ton exemple sur Bashō, « fleurs d’eau sur le sol »».

‘Quí manque d’estofar de rire e raconte que quand quò plòu, ma maire seguís lo margaud emb una pelha en disant :

«Visatz-me quò, quela raca de chat, floris pertot». E li disi qué ma maire n’a jamai legir Bashō (e quò ne lui manca pas). Li disi tanbem qué queu bocin de vita es pròpri a far un aicó. M’encoratja a trabalha mon françés avant d’apréner l’òccitan (en plasentant e per evitar los occitanismes (1) coma « faire converse » per « tenir une conversation« ) e a pesar mot per mot mos poèmos en visant la mesma fòrma d’image que dins queu-quí.

Eu me bailhat 11/20

(1) Quò me fach sovenir que, pitit, una vetz, a l’escòla, lo vesin en contant sa dimenjada aviá dich :
«J’ai « peinturé » un mur avec mes parents», dins la classa, degun ne diguèt ren mas l’institutritz li demandet de parlar francés e que lo vèrb « peinturer » n’exista pas. Li tornei e quò balhei :
«J’ai « peinturluré » le mur avec mes parents»…
Benleu queu jorn, auriá estat intelligent de nos esplicar d’ente ven la fauta e non pas punir lo fils de paisan.

Publicités

4 réflexions sur “Ta maire se sona Bashō ?

  1. x 29/10/2007 / 12:27

    Bonjour,
    vous semblez oublier que la pie jacasse.

    J'aime

  2. JP 24/10/2007 / 21:32

    Bonsoir et merci pour le commentaire.
    Je pense que « jacassou » vous a été donné comme surnom pour être « bavarde comme une pie ». En effet, en òccitan, dialecte limousin, le « a » de « ajaça » peut tomber et ainsi donner « jaça » (prononcez « djasso » avec un o ouvert). En lui ajoutant un diminutif, on obtient « jacassou ». Les surnoms (ou petit nom) ne sont jamais péjoratifs en òccitan.
    Le mien a très longtemps été « piarrou » (avec un « r » roulé) car j’étais le petit « Jean Pierre » puis avec la crise d’adolescence, je suis devenu, le « grand piarrou » ou « lo grand ».

    J'aime

  3. Brigitte 24/10/2007 / 10:32

    Ma pichona sòr se sonava a l’ostal: cafanilh, es aital e ges pejoratiu …

    Bonjour, je ne parle pas le patois et je ne comprend pas bien ce que cela veut dire. Mes pépé-mémé me surnommaient « jacassou », cela veut dire quoi ? merci

    J'aime

  4. Jacme 21/10/2007 / 06:59

    Ma pichona sòr se sonava a l’ostal: cafanilh, es aital e ges pejoratiu … Mas ai après aquò en dubrir lo diccionari d’Alibert. Lo ton exemple es ben la pròva que l’escòla es pas del pòble [servici public] es del servici d’Estat per aprendre, tal a comptar en matematica, la lenga de l’Estat. Ambe l’escòla de Jules Ferry, del 25 de julh de 1885 que diguèt «lo pòble superior a un dever ensenhar los pòbles inferiors», èrem ambe una aisina militara per aver sordats que parlaviàn la lenga de la ierarquia de l’armada francesa [lo patuès de Parízzz], e malgrat tot aquesta faiçon de visar lo pòble tal una carn de guèrra, de mèrda [ara es shit], a pas permetut de ganhar las primièras batalhas de 14/18 … Quand lo militarisme dona leiçon de republicanisme, es França, es la França bonapartista (organizada ambe una administracion que neteja lingüisticament l’Estat), es la França que s’agrada pas d’aver occitans e occitanas sul seu territòri, es la França contra-ciutadana, es pas meuna e coma me vòlon pas tal que soi, es pas França que desiri per Occitània.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.